Monthly Archives

novembre 2013

Food

Holybelly: cuisine soignée + café de qualité

29/11/2013

J’ai attendu l’ouverture d’Holybelly avec impatience. Après avoir suivi les péripéties de Nico et Sarah sur leur blog, Behind Le Bar, je voulais absolument me rendre dans ce lieu, que j’avais vu grandir un peu. Holybelly, c’est donc le rêve de ce couple, rentré en France il y a tout juste un an. Le rêve d’ouvrir une cantine branchée à la bonhomie canadienne. Un coffee-shop cosy au savoir-faire melbournien

Au comptoir, Nico propose un excellent café, réalisé avec une eau filtrée sur place, et à partir des grains de la toute nouvelle Brûlerie Belleville.  En robette jaune, espresso, latte, flat white, cappuccino, filtre et long black en torréfaction douce, sont servis dans les règles de l’art. On les déguste à côté du comptoir, sur l’une des banquettes double, avec un délicieux cupcake au gingembre. Ou alors, on traverse la salle toute en longueur, pour squatter la grande table en bois le temps d’un petit-déjeuner. On salive devant les déclinaisons autour de l’oeuf, et on jette son dévolu* sur le Granola maison, grillé et caramélisé, avec ses fines tranches de poire, ses quartiers de figue, et sa fiole de lait.

L’espace est cosy et chaleureux: mur en briquette, gros canapé en cuir, ampoules en guirlande, parquet au plafond, flipper, et un air de rockabilly. Holybelly a tout bon! À l’heure du déjeuner, Sarah et Lise proposent toujours une restauration de qualité, à partir de produits frais de saison (cresson, mâche, potiron, kale…). Dans les assiettes, cela donne du maquereau grillé avec poireaux fumés avec sa salade de grenaille, une soupe du jour aux légumes de saison servie avec du pain des amis, ou encore une salade tiède de lentilles vertes du Puy et de la saucisse de Morteau…  Le dessert est quant à lui tout choisi. Ce sera le cake ultra moelleux à la Guinness et au chocolat!

Alors un grand bravo à Nico et Sarah. Holybelly, c’est vraiment l’endroit où il fait bon flâner à toute heure de la journée.

* Je suis venue le premier week-end d’ouverture. Ils n’avaient pas encore les Pancakes figues-noisettes caramélisées sur crème fouettée et sirop d’érable! Tellement déçue!

Bon week-end mes canards. Je vous embrasse très fort!
xx. Ceedjay.

Holybelly 19 rue Lucien Sampaix, 75 010 Paris
Ouvert du Lundi au Vendredi de 8h à 18h,
Et de 10h à 18h le week-end.
Fermé le Mardi.
Tel: 09 73 60 13 64

Pour retrouver toute l’actualité d’Holybelly, il suffit de se rendre sur la page Facebook dédiée, ou de s’abonner au compte Instagram. Je vous conseille vivement d’aller faire un tour sur le blog de Sarah et Nico, Behind Le Bar. Il s’agit du making of d’Holybelly, et j’ai adoré les suivre tout au long de cette folle aventure.

Recipy

Pacanes en tarte

28/11/2013

Aux États-Unis, le 4ème jeudi du mois de novembre est traditionnellement le jour de l' »Action de grâce ». Une fête très populaire, où toutes les familles se rassemblent autour d’un copieux repas composé de… Enfin, Thanksgiving quoi. J’ai découvert cette tradition toute petite en regardant des séries US. Dinde, purée de patates douces, gâteau de citrouille… Je salivais tellement devant ces douceurs US! Un jour, j’ai aperçu la Pecan pie. Et mon coeur n’a fait qu’un tour! Une pâte sablée croustillante recouverte des noix de pécan, et de sirop d’érable. Elle avait tout pour me plaire.
Désormais, lorsque la première vague de froid me pousse à allumer le chauffage, je sais qu’il est temps de faire ma « tarte aux pacanes »*. Tiède ou froide, elle réchauffe le coeur autant que le palais, avec son goût miellé. C’est un peu ma façon de fêter Thanksgiving!

Je vous laisse avec la recette.
Des bises les chatons. Ceedjay.

*Je rajoute souvent une compotée de fruits de saison (poires, pommes…) dessous l’appareil. Je trouve ça plus gourmand et plus équilibré.

Arty

Kanak, la parole est un art

27/11/2013

J’y suis enfin allée. J’ai poussé les portes du plus exotique des Musées parisiens, à la rencontre des Kanaks. Il aura fallu que 22 000 km nous séparent, pour qu’ils acceptent enfin de « montrer leurs Visages »*. Pendant de nombreuses années, j’ai vécu à côté d’eux plutôt qu’avec eux. Il était difficile de les faire parler d’eux-même, car la Parole (Nô*) est sacrée. Seul « l’ancien », le chef (dit aussi « le grand aîné »), est en mesure de palabrer*. Il s’exprime à travers la coutume. « Faire la coutume », c’est s’engager dans une relation précise avec un individu, c’est se connaître et se reconnaître l’un l’autre. À cette occasion, les responsables coutumiers prononcent de longs discours, récitent les généalogies, et leurs histoires. Les échanges de paroles s’appuient sur des dons, dont les plus importants sont traditionnellement les monnaies et les ignames. On comprend mieux pourquoi la « Parole est un Art » dans le Monde kanak. La Parole est créatrice. Parler pour parler n’existe pas.

Grâce à cette exposition, j’ai re-découvert les grandes pièces d’Art qui ont émerveillé mes yeux d’enfant. Chambranles sculptées, flèches faîtières, bambou gravé, haches ostensoirs de jade, statuettes et ornements d’une large diversité, gigantesque masque de « deuilleur »… Toutes ces œuvres exhalent une puissance exceptionnelle. Au son de la flûte, ou de paroles chantées, je me suis baladée, j’ai voyagé, je suis entrée dans le Monde kanak. J’ai entendu leur message.

Mon pays, la Nouvelle-Calédonie, se trouve politiquement à la croisée des chemins : l’autodétermination prévue par l’Accord de Nouméa doit avoir lieu entre 2014 et 2018, et renvoie à un « destin commun » à bâtir, dans lequel la Société kanak se lie aux autres, pour construire une société commune nouvelle, et une identité contemporaine.

__________________________________________________________________________________

Kanak, L'Art est une parole
 Du 15 octobre 2013 au 26 janvier 2014
 Musée du Quai Branly
 37, quai Branly 75007 Paris

__________________________________________________________________________________

Le parcours de l’exposition: ma sélection


Cette exposition, la plus importante réalisée sur la Culture kanak, rassemble plus de 300 œuvres et documents inédits, issus de collections publiques d’Europe (Autriche, Suisse, France, Allemagne et Italie), et de Nouvelle-Calédonie. L’exposition concilie 2 points de vue : celui du Kanak qui regarde ces visiteurs venus d’un autre monde, et celui du marin, du colon ou du missionnaire européen sur la vie et la parole kanak. J’ai été émue tout au long de ce parcours circulaire dense et intense. Il représente la rondeur de la case, la boucle bouclée. Après être entré en Terre kanak à la découverte des « 5 Visages » (némèè), on observe leurs « Reflets » (komè). Ils représentent l’évolution chronologique du regard occidental sur le monde kanak. Ce parcours semé d’embûches, se clôture sur une heureuse rencontre: celle d’une possibilité de se créer une identité commune.

J’ai beaucoup aimé découvrir le cycle immuable  de la culture de l’igname. Il m’a permis de mieux comprendre l’indéfectible attachement du Kanak à sa terre et de mieux saisir le drame que fut la spoliation de cette terre.
J’ai adoré découvrir et regarder les objets du quotidien (couteaux à ignames, vêtements…).
J’ai été saisie devant l’importance des ancêtres et des « esprits » (Bèmu ma rhee) (rêve, pierres magiques, masques).
__________________________________________________________________________________

J’espère que cette découverte d’une partie de moi, de la Culture kanak, vous donnera envie d’aller voir cette magnifique exposition!

xx. Ceedjay.

*Dans la tradition kanak, se présenter revient à montrer son visage (némèè). 
* En langue ajïe, l’une des 28 langues kanak toujours parlées.
* Mot utilisé pour désigner une discussion organisée selon les usages de la coutume…

Légende du drapeau Kanak : Version originale cousue à la main par les femmes du mouvement. Ce drapeau a été présenté et choisi pour être l’emblème kanak lors 13e Congrès de l’Union Calédonienne tenu à la tribu de Petit-Couli (Sarraméa) en novembre 1982 – Collection Marie-Claude et Jean-Marie Tjibaou.

Dress code Mode

4.30 Army

26/11/2013

Hello les chatons… Et si on parlait de ce titre, plus qu’énigmatique?

« 4.30 Army », c’est d’abord ma nouvelle veste au motif army. Elle me tient tellement chaud depuis quelques jours… Je ne la quitte plus. Avec son petit gilet en peau de mouton tout moelleux et son col oversize, elle sera sûrement ma plus fidèle amie durant l’hiver.

« 4.30 Army », c’est aussi l’heure à laquelle se couche le soleil en ce moment. Et je suis généreuse! Alors pour le shooting du week-end, il faut se lever tôt, très tôt.

« 4.30 Army », c’est surtout la durée de l’unique éclaircie, samedi dernier. 4 minutes 30 pour traverser le Jardin des Tuileries, trouver un endroit tranquille, et prendre quelques clichés. Trop court pour nous au final… Mais on a quand même pu saisir du bout des doigts, la douce lumière du soleil d’hiver.

Des bises… Ceedjay.

Photos: Francesca J.

Parka M.I.A: UNIF 
Pull Court: & Other Stories
Col Roulé HEATTECH: Uniqlo
Jean Super Skinny: H&M
Chaussures Zoom Vomero+ 8: Nike (déjà vues ici)
Tote bag Jacquard "Fatou": Bérangère Claire 
Bague "Tête de Mort" Plaquée Or: Adeline Affre (déjà vue ici)
Bagues fines: Zara
Vernis "Fit for a Queen": Ciaté (déjà vu ici)
Non classé

Les chocolats BARÚ

22/11/2013

Il y a quelques semaines, je me suis une nouvelle fois insurgée en voyant le rayon « chocolats de Noël ». Dans mon Monoprix, il est mis bien en évidence dès le mois d’octobre. On y trouve les traditionnels Escargots pralinés, la gigantesque collection Kinder, des calendriers de l’Avent chocolatés, et toute une collection de chocolats à la liqueur… Bref, ils savent y faire chez Monoprix!

En l’apercevant, je me suis dit qu’il était temps d’y jeter un oeil. Je déteste m’y prendre complètement au dernier moment… Et puis, une boîte de chocolats fait toujours plaisir! Et je suis tombée sur les Chocolats BARÚ. Quel drôle de nom! C’est le packaging qui m’a d’abord attirée. Plein de couleurs douces et gourmandes à la fois, un petit hippy rigolo, et des boîtes de toutes tailles. J’ai commencé par remplir mon panier d’une sucette marshmallow recouverte de chocolat et d’éclats de noix de pécan au miel. Puis, j’ai ajouté une boîte d’hippos pralinés. Oh, ils font aussi du chocolat en poudre! Aller hop, dans le panier…

En rentrant à la maison, je me sentais un peu honteuse d’avoir craqué sur presque-toute-la-gamme de chocolats, tout droit sortis de l’imagination de notre bon vieux Roald Dahl*.

Je suis passée ensuite, à l’étape cruciale de la dégustation… Et comment vous dire… Miam! Toute la gamme est excellente. Le chocolat est doux, pas trop écoeurant. C’est créatif, 100% naturel, et tellement bon. Du coup, je me suis dit que j’allais partager ce petit coup de coeur avec vous… En tous cas, ils auront une place de choix sous mon sapin cette année!

*Je fais référence ici, au roman pour enfant Charlie et la Chocolaterie.

↓ La suite plus bas

Je vous fais un petit Top 3 des produits BARÚ que je préfère…

1/ Forest Berry Caramel Hippos
Des hippos au chocolat noir, garnis d’un caramel tendre à la framboise. Un tuerie! J’en quis dingue. C’est la parfaite gourmandise de fin de repas.

2/ Fluffy Marshmallow Chocolate Powder
Il s’agit d’une poudre de cacao maison -qui me rappelle beaucoup celle de Starbucks- très aromatique, accompagnée d’un assortiment de marshmallows. Ça me rappelle un peu la Nouvelle-Zélande. C’est comme cela que l’on déguste le chocolat chaud là-bas!

3/ Guimauves au Caramel avec Fleur de Sel
Aussi légère qu’un nuage, la guimauve fond en bouche. Elle est recouverte d’un chocolat craquant et d’un nappage caramel… Miam!

Les chocolats belges BARÚ sont disponibles chez Monoprix pendant les Fêtes de Noël, et sur le site de la marque, qui fait aussi office d’e-shop. Je vous conseille d’aller y faire un tour!

Sports

En mode Tyson…

21/11/2013

Cela fait un petit moment que je n’ai pas parlé « sport » ici… Il faut dire que l’automne ne m’a pas épargnée! Une toux qui se transforme en  bronchite… S’ensuit une petite baisse de régime, et une grosse envie de me « lover » dans ma couette, plutôt qu’en salle de muscu.
Avant de tomber malade, j’avais réalisé un petit shooting fort sympathique dans une salle de boxe. La boxe, justement… Je voulais vous en parler depuis longtemps. C’est un sport tellement noble, tellement fort, tellement dur… J’ai toujours été attirée par cette discipline. Elle demande beaucoup de sacrifices, et beaucoup d’entraînement. Le boxeur doit transformer son corps en « machine de guerre », afin de vaincre son adversaire à la force de ses poings… Pour se faire, il s’exerce à en perdre la raison. Force, explosivité, rapidité… Toutes ses qualités sont forgées à coup de sueur pendant l’entraînement.

Aujourd’hui, je vous propose d’essayer de vous mettre dans la peau d’un boxeur pendant trente minutes. Avec l’aide d’un ancien boxeur, j’ai programmé une petite séance d’exercices intenses, directement inspirés de la boxe anglaise. Je me suis moi-même prêtée au jeu, et je dois dire que j’ai beaucoup souffert sur le moment. C’est très cardio! Et après! Ouh les courbatures! Mais je suis très contente du résultat. J’ai repoussé mes limites, et cela m’a donné envie de re-pratiquer un sport de combat*.

Et pour ceux et celles qui sont inscrits au Club Med Gym, sachez qu’il existe un cours qui reprend aussi l’entraînement du boxeur: le Jump Fit -cours chorégraphié de saut à la corde-. C’est très fun aussi!

Voilà. N’hésitez pas à me donner des retours sur cet article. Est-ce que vous l’avez aimé? Que faudrait-il changer? Bref, je suis tout ouïe!
Je vous embrasse très fort les chatons. Bisous. Ceedjay.

* J’ai pratiqué le kick boxing.

↓ Début de l’exercice plus bas.

L’ENTRAÎNEMENT DU BOXEUR EN 30 MN

ÉCHAUFFEMENT (7 mn)

L’échauffement se fait toujours à la corde à sauter. Pour la régler, il suffit de faire des petits noeuds -comme sur la photo du dessus-, de manière à ce que les deux poignées arrivent à la taille. Ensuite, alterner les sauts pieds joints, et les petits déplacements du pied gauche/droit. Il est possible de varier les plaisirs en accélérant, en faisant des écarts de jambes sur le côté ou l’avant… 7 minutes, c’est long! Si la fatigue est trop importante, continuer sans corde, mais en la mimant quand-même.

1 MN DE RÉCUPÉRATION (penser à s’hydrater)

LES MEMBRES INFÉRIEURS (3 mn)

En position de squat, genoux en ligne avec les orteils, fesses vers l’arrière et vers le bas, descendre, en prenant soin de s’arrêter au-dessus des genoux. Faire le plus de squat possible pendant 2 mn. Enfin, finir par 8 jump squats: il s’agit d’un squat sauté le plus haut possible, avec les jambes tendues. Atterrir en position de départ, genoux fléchis pour protéger les articulations.

1 MN DE RÉCUPÉRATION (continuer à bouger/marcher)

SHADOW-BOXING (3 mn)

Le shadow-boxing, littéralement « boxe de l’ombre », est un entraînement où il s’agit de boxer dans le vide, en s’imaginant un adversaire. Le but est d’enchaîner une série de mouvements le plus vite / fort possible. En boxe anglaise, il existe trois coups: Direct (droit), Crochet (côté), Uppercut (vient du bas). Il faut se mettre en garde -pied gauche ou droit devant-, et effectuer ces mouvements en se déplaçant, à gauche, à droite, devant. Le but est de couvrir tout l’espace du ring. C’est très fatiguant!
Un exemple de combinaison: Gauche / Droite / Gauche / Droite / Crochet / Uppercut

1 MN DE RÉCUPÉRATION (penser à s’hydrater)

FENTES (3 mn)

S’imaginer une ligne au sol. En position du cavalier, traverser la pièce, puis revenir. Faire des grands pas vers l’avant, les genoux en ligne avec les orteils, les fesses au dessus des genoux, pieds largeur bassin. Les deux genoux doivent former deux angles droits.

1 MN DE RÉCUPÉRATION (Ne pas s’asseoir! Continuer à bouger/marcher)

POMPES TRICEPS (3 mn)

Il est possible de les effectuer sur les pieds ou les genoux. Commencer par 20 pompes, suivies de 45 secondes de gainage (en appui sur les avant-bras, former une planche avec le corps, en serrant les abdominaux). Le challenge consiste à ne jamais s’arrêter. Toutefois, si la fatigue est trop forte, malgré l’option « genoux », faire une petite pause de 15 secondes avant de reprendre l’exercice. S’arrêter 30 secondes, et répéter la combinaison pompe / gainage à trois reprises.

1 MN DE RÉCUPÉRATION (penser à s’hydrater)

RELEVÉS DE BASSIN (3 mn)

Comme sur la photo, remonter les genoux au niveau des épaules, puis les redescendre à 90°, pas plus bas que les hanches. Il est possible d’effectuer cet exercice allongé sur le dos, mais ce sera plus facile! Si la fatigue est trop importante, rester immobile, les genoux à la hauteur du bassin, le plus longtemps possible.

STRETCHING (3mn)

Après l’effort, le réconfort! Le stretching est une étape très importante en boxe, pour garder l’élasticité musculaire. Étirer les épaules (bras à hauteur de la poitrine et épaule abaissée), les triceps (pousser le coude entre les deux omoplates), et les fessiers (assis, le genou avant fléchi à 90° vers l’intérieur, pousser les fessiers vers l’arrière, et aller chercher le bout de la jambe, le plus loin possible).

Je porte, Top Jelly Excel: Lorna Jane / Collant de course Thermal: Nike / Brassière Galaxy: Oysho / Chaussures Zoom Vomero+ 8: Nike