Up menu

Archive | 01/04/2014

En mars, je n’ai pas aimé…

Mars a filé vers Avril sans crier gare… Ne me laissant pas un jour de plus pour préparer mon billet d’humeur préféré. Alors, je profite de ce jour un peu particulier qu’est le 1er avril, pour « vider mon sac »! Cette fois-ci, je partagerai encore une fois, mes déceptions, mes coups de gueule, des adresses, et d’autres choses encore… Et parce que c’est le 1er avril, et que ça ne serait pas drôle autrement, j’y ai glissé un petit poisson d’avril! Saurez-vous le démasquer?

Alors, c’est en toute subjectivité, que je vous livre mes 5 coups de gueule du mois de mars!

J’attends, bien entendu, vos retours et/ou réclamations!
Je vous embrasse fort! Et je vous donne rendez-vous demain, pour un billet très spécial!
xx. Ceedjay.

 

6. H&M 2.0: zéro pointé!

Lorsque qu’H&M annonce, via son compte Twitter, l’ouverture d’un e-shop français, le petit coeur des modeuses, dont je fais partie, ne fait qu’un bon! Enfin!!! Désormais, il sera inutile de lorgner sur le site UK, à la recherche de sneakers qui ne seront jamais commercialisées en France. Et cerise sur le gâteau, on nous apprend qu’H&M Home et sa déco à petits prix, sera de la partie! Le premier jour, la quasi-intégralité du site est sold out! L’euphorie est là, et le désenchantement pas loin.
J’attend un peu pour commander une ceinture rouge de la collection « Spring », introuvable en magasin. Super, il reste ma taille! Je valide, et choisis mon mode de livraison. Pour se faire livrer à domicile, c’est 5€ et des broutilles… Oup’s! Ça fait un peu cher la ceinture! Mais je la veux vraiment! Je commande et attends une bonne semaine avant de recevoir un texto, m’indiquant qu’il est temps d’aller récupérer ma commande. Comment-ça? N’était-elle pas censée venir à moi? « Non madame, vous n’étiez pas là au moment de la livraison ». Sauf qu’il n’y a jamais eu de livraison! Inutile de se plaindre, puisque mon mail de réclamation est le 780 253 ème, d’une longue série de doléances!
Alors pour H&M.com on repassera en automne!

5. L’invasion des cerisiers en fleur.

Hanami est désormais devenu notre meilleur ami -à nous, les occidentaux-. Cette coutume traditionnelle japonaise consiste à apprécier la beauté des fleurs de cerisier (sakura). À partir de fin mars, les sakura entrent en pleine floraison; Les japonais profitent de ces quelques jours pour pique-niquer, discuter, se retrouver, et chanter en « regardant ces fleurs ». Je trouve cette fête très belle symboliquement. Sauf que maintenant, chacun veut montrer sa #CBOTH « Cherry Blossom Of The Day »! Et d’autres poussent le vice, jusqu’à proposer l’article « Cerisiers en fleur »! Après avoir liké 450 photos de fleurs de cerisier sur Instagram, je suis gavée!

4. La Faille; Tout est dit.

La Faille, c’est ce resto au décor canon dont tout le monde parle, depuis la rentrée 2013. Dans ce mélange de bois et de béton, la luxuriante végétation semble s’échapper de cette immense faille au plafond. C’est vraiment beau! Et puis, tout semble avoir été habilement pensé. La carte ne comporte que cinq entrées et 6 plats -gage de fraîcheur et de qualité-, le bac à glaçon est niché à même les tables, et ce bar façon tronc d’arbre… Ouahou!
On nous installe avec serviettes en tissu en prime! Ah! Il ne proposent pas de menu déjeuner? Même les restaurants gastronomiques le font! Je choisis le Crispy Chicken -suprême de volaille panné aux flocons d’avoine-. Le cake de polenta est trop cuit, le poulet est… Bon, sans plus. Le risotto aux pleurotes est bon aussi… Oui, c’est pas mal, mais le prix l’est un peu moins! 23€ du poulet pané? WTF! Et franchement, je pourrais le refaire chez moi! Par curiosité, on jette un rapide coup d’oeil à la carte des desserts. L’éclair tout chocolat de l’Atelier de l’Eclair -qui se trouve au coin de la rue-, est facturé 10€!!!!! 5,50€ en parcourant deux mètres. Donc, le transport, l’assiette, et le service valent 5€, c’est ça?
Malgré toute la gentillesse du personnel, je n’ai pas pu laisser de pourboire à cet établissement, qui semble se l’octroyer au moment de l’addition! Quel scandale!

3. Les 3P du Printemps

Avant, le printemps était ma saison préférée. Les jours qui se rallongent, les collants qui disparaissent, les fleurs en pagaille, la douceur de vivre, et l’été qui approche… Mais ça c’était avant! Cette année, le Printemps a décidé d’amener dans ses valises, deux « P » de plus. « P » comme Pollen, et « P » comme Pollution. Alors, je ne sais pas si c’est l’association de « ces 3P », ou un je ne sais quoi d’autre, mais pour la première fois depuis mon arrivée en France, je suis allergique au Printemps. Yeux qui piquent, nez qui coule, mal de gorge, et sautes d’humeur… J’ai vraiment été gâtée en mars! Et ça continue encore aujourd’hui! Alors, merci pour tout le Printemps!

2. Se faire refouler d’un brunch

Il y a quelques années encore, sortir pour un brunch improvisé faisait partie de mon Top 5 des petits plaisirs de la vie. C’est vrai! Une promenade dominicale, qui se transforme en escapade gourmande, n’est-ce pas ça la VIE? Sauf que… La plupart des brunchs parisiens sont médiocres… Et paradoxalement pris d’assaut!
La semaine dernière, j’ai voulu essayer le brunch de cette nouvelle pâtisserie dont tout le monde parle: Une Souris et des Hommes. L’idée de bouquiner en se restaurant m’enchante particulièrement, alors je voulais tester. Je demande au Monsieur s’il est possible de s’installer… « Ah non, il ne reste plus une seule table ». Pourtant je vois quelques places au fond. « Désolé. » D’accord! Mais quand est-il possible de revenir? « Off, pas avant 13h30! » Sachant qu’il est midi pile! « Au revoir. »
Être aussi « négatif » alors que l’on vient tout juste d’ouvrir, m’agace profondément. Et le regard des bobos me disant « Mais comment ça? T’as pas réservé? », m’irrite encore plus!
Aujourd’hui, il faut savoir le lundi matin qu’on aura envie de bruncher le dimanche… Aujourd’hui le brunch est devenu l’un de ces rendez-vous pro., où il n’est pas toléré d’arriver un peu en retard. Aujourd’hui, le brunch souffre de parisianisme… Et c’est bien dommage!

1. Le Nouveau Mamie Gâteaux

« Ô Mamie, si tu savais… » Bon, j’arrête avec les « références douteuses », mais quand même… Ce qu’il y a de nouveau chez le nouveau Mamie Gâteaux? Je me le demande! C’est après avoir lu l’article dithyrambique de Deedee sur ce « nouveau » Mamie Gâteaux, que j’ai été piquée de curiosité. Et s’il était enfin possible d’avoir une table, et de passer un bon moment chez Mamie Gâteaux?
Samedi 15h, je me retrouve à deux pas du Bon Marché avec une faim de loup! Et si on s’arrêtait un moment chez Mamie Gâteaux? Parce que la cuisine y est délicieuse, et parce que « les pâtisseries sont à se damner »! On entre dans la toute nouvelle adresse. Derrière l’espace brocante, une nouvelle salle joliment décorée. Des tables façon maison de campagne, de la vaisselle chinée… C’est très beau.
On hurle, tape du pied pour être vus! Oui, le personnel feint toujours de ne pas vous voir! On trouve enfin une petite table pour s’installer. Après avoir arraché les cartes aux voisines -étape obligatoire si l’on désire commander au plus vite-, on choisi de manger salé. Quinze minutes plus tard, la Demoiselle daigne enfin prendre notre commande. En entendant le mot salade, elle hurle « on ne fait plus de salé » avant de disparaître! Ah, et on a pas le droit de manger sucré, c’est bien ça?
En tous cas, le message est bien passé. Mamie Gâteaux, c’est l’adresse du bobo-maso qui aime payer pour se faire envoyer chier! Pas pour moi, donc!

0