Running Sports

La Course du Coeur

02/04/2019

Je n’avais pas prévu d’écrire cet article… Lorsque j’ai accepté l’invitation à participer à la Course du Coeur, je pensais partager mon expérience avec vous via Instagram. Il était -selon moi- le réseau social idéal pour donner de la visibilité à cet évènement solidaire qui me tient à coeur. Je voulais vous montrer qu’un blogueur/se, influenceur/se n’est pas qu’une « jolie vitrine » qui fait vendre et pousse à la consommation, mais aussi le relai de beaux projets solidaires, une sorte de porte-parole, mais surtout un véritable acteur pour faire changer les choses (J’avais déjà commencé ici) ! Et pour être honnête, j’ai été triste du peu de retours que j’ai eu… 🙁 Vous me dites souvent lorsque vous êtes déçu(e)s de moi, de mes choix, de mes partenariats, et je me permets -pour une fois- de vous manifester ma déception… Je sais bien qu’on ne peut pas embrasser toutes les causes, mais ici il s’agit d’un engagement qui ne vous coûte rien !

Vous ne savez pas à quel point regrette déjà d’avoir écrit ces mots, mais je pense qu’on peut se dire certaines choses après toutes ces années, n’est-ce pas ? 😉 Je prends le risque, parce que l’enjeu est trop important pour être tu. Lorsque j’ai rencontré les greffés participants à la Course du Coeur, je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement avec mon cas (même si cela n’est pas du tout comparable, j’en suis bien consciente). Je souffre de la Maladie de Crohn depuis plus de 10 ans, et le sport est mon moteur, mon équilibre, ce qui me permet de réguler ma fatigue, mes crises… Le sport  peut sauver de mille et une façons* et je voulais vraiment vous sensibiliser à cette nécessité de pratiquer une activité physique, mais aussi à la chance de pouvoir en pratiquer une !


Une Journée sur La Course du Coeur

La Course du Coeur, c’est une course à pied en relais de 750 km reliant Paris aux Arcs -Bourg Saint Maurice-, de 4 jours et 4 nuits à vocation humanitaire et solidaire. Elle a comme objectif de sensibiliser le grand public à la réussite de la transplantation et à la nécessité des dons d’organes. L’événement est organisé par l’association Trans’Forme qui a pour objectif de « réhabiliter » les transplantés et les dialysés par l’activité physique et sportive, de sensibiliser le grand public à la réussite de la transplantation et à la nécessité des dons d’organes.

Vendredi dernier, j’ai été conviée à « courir la vie » avec tous les participants, 26 équipes de coureurs, salariés de grandes entreprises mais également d’hôpitaux , passionnés de running, ainsi qu’une équipe de 14 coureurs greffés d’un organe (coeur, poumon, rendu, cornée…). Cette aventure unique en son genre, met à l’honneur le dépassement de soi et l’entraide pour la bonne cause. En effet, chaque coureur doit parcourir les routes de France entre 60 à 100 km ! Les étapes, aux formats très différents (bike & run, rameur, course marathon…), se succèdent toute la journée, avec le soutien avec des enfants invités à dessiner des coeurs pour soutenir les personnes en attentes de greffe (200 écoles sont mobilisées sur le parcours).

J’ai vraiment été touchée par l’engagement de tous les participants et bénévoles présents. Lors d’une étape en fin de journée, j’ai rencontré Emmanuel, triathlète ultra-sportif, greffé rénal deux fois après plusieurs années de dialyse… Son histoire a particulièrement fait échos chez moi, car le sport est pour lui aussi un remède !


Le Don d’organes en France

Comme je vous disais plus haut, la Course du Coeur a pour objectif de sensibiliser à la nécessité des dons d’organes. Néanmoins, je vous l’accorde, ce n’est pas une thématique très facile à envisager/aborder ! 😉 Je ne souhaite pas vous influencer dans vos choix, mais plutôt vous expliquer quels sont vos droits en France et ce que vous pouvez faire pour aider les malades qui en ont besoin.

→ En France, le don d’organes repose en partie sur le « consentement présumé ». En clair, si une personne décède de mort cérébrale (AVC, traumatisme crânien aggravé…) et qu’elle n’a pas fait savoir au préalable qu’elle était contre le don d’organe, elle devient alors un donneur potentiel. Cependant, il est important d’en parler aux proches / de le formaliser à l’écrit pour qu’ils prennent le relais en temps voulu.

→ Si vous êtes contre le don d’organes, vous pouvez vous inscrire sur le registre national du refus, géré par l’agence de biomédecine.

En 2018, pour la 1ère fois depuis plusieurs années, les chiffres de la greffe en France sont en diminution. 5 781 organes ont été greffés sur l’année, c’est à dire -5% par rapport à 2017, soit 324 greffes de moins. Il est donc primordial de continuer à se mobiliser et à informer le grand public sur le don d’organes !

→ Plus de 57 000 personnes vivent en France grâce à un organe greffé, et la chance de survie d’une personne transplantée d’un organe vital est en augmentation constante.

→ Les besoins d’organes et de tissus sont importants : 23 828 patients étaient inscrits en liste d’attente d’un organe en 2017.

→ Plus de 23 000 personnes ont besoin chaque année d’une greffe d’organes et chaque année ce sont plus de 200 personnes qui décèdent faute de recevoir un greffon à temps.


J’espère que cette article vous aidera à mieux comprendre les enjeux du don d’organes… Je finis par cette belle citation de Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme  » !

A très vite, Christelle ♥

Vous aimerez aussi :
Mois Sans Tabac : Demain j’arrête !

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Knit Spirit 04/04/2019 at 110105

    C’est une très belle cause à soutenir, bravo pour ton engagement !

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.