Browsing Tag

tourisme

Sports Voyages

Bahamas : Grand Bahama Island

10/03/2019

En octobre dernier, j’ai été conviée durant 5 jours pour découvrir Les Bahamas, et plus particulièrement l’île de Grand Bahama à l’invitation de l’Office du Tourisme des Bahamas et de Viva Wyndham Resorts, avec un super équipe :

Marion @noscurieuxvoyageurs
Marion @mademoiselle_voyage
Marjolaine @marjoliemaman 
et Jessica @mesptitsboutsdumonde

Vous vous en rappelez ? 😉

Avant ce voyage, les Bahamas représentaient pour moi une destination lointaine qui rimait avec « voyage de noces », très peu accessible et un poil surfaite… Et puis, j’ai découvert Grand Bahama Island, ses plages immaculées, ses eaux qui offrent de superbes camaïeux de bleus et verts, ses jardins de corail multicolores, ses forêts de pins et ses habitants accueillants ! Une île parmi 700 autres, 2300 ilots répartis sur 1200 km, et regroupés en 16 destinations distinctes ! 

Je vous propose de partir -avec moi- à la découverte de Grand Bahama Island, cette île des Bahamas située seulement à 30 minutes de vol des côtes de la Floride et véritable berceau de l’écotourisme ! Longue de 150 km et large de 25 km, elle possède un végétation étonnante avec ses pins maritimes plantés un peu partout, un sol plutôt plat et sableux (beaucoup de produits doivent être importés), et une mangrove très présente.
Pendant ces 5 jours, j’ai expérimenté ses multiples facettes en courant au petit matin, en faisant du kayak, en Jeep, à vélo, le temps d’une session de Yoga sur la plage…  Bref, les Bahamas sont LA destination idéale pour les sportifs, amoureux de nature, qui souhaitent se ressourcer le temps d’une semaine ! Il me tarde de découvrir les 15 autres !

Bonne lecture #teamactivre !

A très vite, Christelle ♥


A voir / A faire

♥♥ Partir Jeep Safari jusqu’à Lucayan National Park 
Le temps d’une journée, Grand Bahama Nature Tours propose de découvrir le Parc National Lucayan (= zone protégée réunissant l’ensemble des écosystèmes des Bahamas) en Jeep, en empruntant des chemins sablonneux en pleine nature. Au programme, visite de grottes sous-marines, de trous bleus, de la mangrove à bord d’un kayak (2h d’excursion en immersion dans la nature silencieuse, au son et rythme de votre pagaie dans l’eau !), et baignade à Gold Rock Beach, une  plage paradisiaque qui révèle à marée basse de grands bancs de sable blanc.

Déguster une « conch salad » à Port Lucaya Market 
Port Lucaya est un petit marché local en plein air, qui rassemble de jolis cabanons colorés. On y trouve des boutiques dutyfree, de souvenirs, quelques produits artisanaux (peu de choses intéressantes), le tout dans une ambiance festive avec des locaux très souriants et accueillants. Je vous conseille d’y aller de bonne heure pour avoir le temps de flâner… Avant de partir, arrêtez-vous chez Daddy’s Brown Conch Salad Stand pour goûter à la fameuse « conch salad » (= salade de conques), préparée avec des tomates, des oignons, du céleri et ce fameux coquillage cru, puis mariné dans du citron vert, du jus d’orange, avec des piments.

→  Siroter un cocktail de fruits à Banana Bay Restaurant
Petite guinguette colorée donnant sur la belle plage de Banana Bay Beach, tranquille, idyllique, bordée de palmiers dorés. Nous y avons fait halte en fin de journée, avant de rentrer à l’hôtel, pour un jus de fruits bien frais avec vue… 

→ Faire une pause « green » au jardin botanique 
Le « Garden of the Groves » qui doit son nom au fondateur de Freeport Wallace Groves, est un jardin tropical luxuriant mettant en scène des petites tortues, quelques oiseaux tropicaux et palmiers, rassemblés autour d’une cascade. Nous l’avons visité au retour de la plage… J’ai adoré la petite chapelle bleue et blanche entourée de végétation.
Entrée : 17$ par adulte, 12$ par enfant. Ouvert de 9h à 16h. 

♥♥♥ Explorer les Blues Holes en kayak
Le meilleur moyen de découvrir le relief de Grand Bahama Island, est de partir explorer les Blues Holes en Kayak (= grottes immergées aux couleurs bleu azur comparables à un cénote immergé).  Blue Green Outdoors propose une excursion d’une journée à l’Est de l’île, avec bird watching, snorkeling dans des eaux chaudes et limpides de Crabby Cay Beach, et pique-nique à Pelican Point Beach pour déguster des beignets de langouste, accompagnés de riz frit et de coleslaw.

→ Vivre le Fish Fry à Smith Point 
Le Fish Fry est LE lieu de rendez-vous des habitants de l’île, tous les mercredis soirs. Vers 20h, les guinguettes de Smith’s Point se remplissent peu à peu et proposent de dîner en musique, les pieds -presque- dans le sable. Au menu, cocktails bahaméens, salades de conques, poissons frits…. Nous avons prolongé notre soirée un peu plus loin à Taino beach, dans la guinguette Outriggers. Ambiance festive garantie !

♥♥ Faire du snorkeling et/ou de plongée avec Reef Oasis Dive Club
Le centre agrée PADI et très réputé sur l’île, est situé dans l’enceinte même de l’hôtel ! Nous avons embarqué à bord d’un bateau pour une demi-journée (= 3h) à la découverte des fonds marins de Grand Bahama Island. Notre premier arrêt à Peterson Cay National Park -une mini-île protégée et entourée de récifs coralliens actifs- nous a permis d’observer pendant presque 45 minutes une multitude de coraux et poissons colorés. Puis, nous avons enfilé une combinaison, des palmes, un masque et tuba pour nous jeter à l’eau un peu plus loin, afin observer des requins gris de récif. Cette excursion (encadrée par des instructeurs expérimentés) a pour but de sensibiliser sur le fait que les requins ne sont pas dangereux et surtout indispensables au fonctionnement de la chaîne alimentaire animale et de notre écosystème. C’était une expérience excitante, bouleversante que je n’oublierai jamais ! 

→ Découvrir l’île comme un local avec « People to People »
Le ministère du tourisme a mis en place une formule d’accueil originale, inédite et personnalisée : le « People to People » qui permet d’aller au-delà des activités touristiques habituelles, en favorisant les rencontres avec les habitants des îles et en créant des liens durables. Accueillis pour la journée par une famille d’accueil choisie en fonction de l’âge, de la profession ou des centres d’intérêt, les visiteurs découvrent un aspect authentique de la vie bahaméenne, une histoire et une culture différentes. 


 


Se Loger

Sur Grand Bahama Island, il existe une trentaine d’hôtels en fonction de votre budget et de vos envies ! Nous avons logé au Viva Wyndham Fortuna Beach très bien situé, à environ 20 minutes de l’aéroport de Freeport et non loin de la superbe plage de Banana Bay.

L’hôtel propose une formule all-inclusive qui comprend :

→ Les repas : le buffet aux trois repas, un offre snack-fast-food -toute la journée- à déguster les pieds dans le sable depuis le petit cabanon de plage, les boissons non-alcoolisés et alcoolisées. Pour changer du buffet, vous pouvez aussi réserver dans l’un des 3 restaurants de l’hôtel (asiatique, italien et méditerranéen).
→ L’accès à la plage et à la piscine avec serviettes.
→ Les activités : tir à l’arc, tennis, paddle, planche à voile, beach volley, paintball, kayak, cours de danse au bord de la piscine, trapèze, aquagym, baby-foot, une salle de fitness bien équipée, vélo, ping-pong, et j’en passe !
→ Les animations : Loto, spectacle d’1h chaque soir réalisé par l’équipe d’animation de l’hôtel. Mon préféré ? Le Roi Lion le mercredi soir.
→ Les services : WIFI à disposition dans tout l’hôtel (en réalité, plus dans les chambres et le hall d’accueil), supérette (pas très bon marché) qui dépanne en cas de besoin.

Vous me connaissez, je suis en général assez sceptique lorsqu’il s’agit de formules tous-compris; En temps normal, je préfère le charme des Boutique hôtels aux grands complexes impersonnels. Pour autant, j’ai vraiment été surprise par la qualité des prestations du Fortuna Beach. En effet, le site est spacieux et verdoyant -sans être fatiguant à parcourir-, éloigné des autres complexes hôteliers tout en étant proche des différents lieux d’intérêts de l’île, avec un personnel accueillant et à l’écoute.
Et puis, il est également possible et conseillé de partir en excursion -avec d’autres partenaires- pour découvrir les beautés de Grand Bahama Island.
D’ailleurs, le centre de plongée Reef Oasis Dive Club se trouve dans l’hôtel (avec supplément). Nous y avons passé les plus beaux moments de notre séjour à observer les récifs coralliens et même des requins. 😀



Informations pratiques

FORMALITÉS ?
Il vous faut un passeport en cours de validité + 6 mois ainsi qu’un titre de retour ou de continuation. Comme vous transitez par les USA, n’oubliez pas de valider votre ESTA 72h avant votre départ.  Par ailleurs, aucun visa est nécessaire pour un séjour de moins de 3 mois.

BUDGET ?
Pour 8 jours/ 7 nuits, il faut compter à partir de 1700€ par personne pour une formule hôtel « all inclusive » + vols (sans compter les excursions).
La monnaie locale est le dollar bahaméen, et il a la même valeur que le dollar américain. Je vous conseille aussi de partir avec quelques dollars en poche, car il n’est pas évident de trouver des distributeurs à Grand Bahama Island, sauf à Port Lucaya.

QUAND PARTIR ?
Au Bahamas, il fait beau toute l’année -avec des températures qui oscillent entre 19°C et 32°C et 8h en moyenne d’ensoleillement par jour- grâce à la présence du Gulf Stream. S’il n’y a pas de saison des pluies à proprement parler, vous risquez d’avoir quelques « liquid sunshine » (= expression bahaméenne pour désigner les courtes averses d’environ 10 minutes). La haute saison s’étend de décembre à mars et l’été. Pour profiter de prix intéressants, pensez à découvrir l’archipel au printemps (avr-mai-juin) ou comme moi en automne (sept-oct-nov).

BON A SAVOIR ?
→ Pour Grand Bahama Island, l’accès le plus direct est American Airlines via Miami (30 minutes de vol) dans la journée.
→ Le décalage horaire est de -6h toute l’année.
→ Les prises électriques sont « américaines ». Prévoyez donc un adaptateur et une prise multiple pour brancher tous vos appareils.
→ Il est possible de louer une voiture dès votre arrivée à l’aéroport international de Freeport avec un permis français, si votre séjour ne dépasse pas les 3 mois.
→ Le camping est interdit aux Bahamas.
→ Attention aux puces de sables au lever et coucher du soleil ! 😉
→ Il n’y a pas de plages privées aux Bahamas.



Escale à Miami

Sur le chemin du retour, nous avons profité d’une escale plutôt longue à Miami (5h), pour visiter un quartier de la ville avec voyage-en-francais, qui propose des visites guidées en français à New York, San Francisco, Los Angeles et Miami. Pour cette visite « express » Stéphanie, expatriée depuis plus de deux ans, nous a emmené à Wynwood, un quartier arty où le street-art est omniprésent ! Des artistes du monde entier viennent exposer leur chef d’œuvre sur les murs, aux 4 coins des rues. Cette petite parenthèse m’a donné envie de revenir très vite ! 



Informations pratiques

FORMALITÉS ?
Il vous faut un passeport en cours de validité + 6 mois ainsi qu’un titre de retour ou de continuation. Comme vous transitez par les USA, n’oubliez pas de valider votre ESTA 72h avant votre départ.  Par ailleurs, aucun visa est nécessaire pour un séjour de moins de 3 mois.

BUDGET ?
Pour 8 jours/ 7 nuits, il faut compter à partir de 1700€ par personne pour une formule hôtel « all inclusive » + vols (sans compter les excursions).
La monnaie locale est le dollar bahaméen, et il a la même valeur que le dollar américain. Je vous conseille aussi de partir avec quelques dollars en poche, car il n’est pas évident de trouver des distributeurs à Grand Bahama Island, sauf à Port Lucaya.

QUAND PARTIR ?
Au Bahamas, il fait beau toute l’année -avec des températures qui oscillent entre 19°C et 32°C et 8h en moyenne d’ensoleillement par jour- grâce à la présence du Gulf Stream. S’il n’y a pas de saison des pluies à proprement parler, vous risquez d’avoir quelques « liquid sunshine » (= expression bahaméenne pour désigner les courtes averses d’environ 10 minutes). La haute saison s’étend de décembre à mars et l’été. Pour profiter de prix intéressants, pensez à découvrir l’archipel au printemps (avr-mai-juin) ou comme moi en automne (sept-oct-nov).

BON A SAVOIR ?
→ Pour Grand Bahama Island, l’accès le plus direct est American Airlines via Miami (30 minutes de vol) dans la journée.
→ Le décalage horaire est de -6h toute l’année.
→ Les prises électriques sont « américaines ». Prévoyez donc un adaptateur et une prise multiple pour brancher tous vos appareils.
→ Il est possible de louer une voiture dès votre arrivée à l’aéroport international de Freeport avec un permis français, si votre séjour ne dépasse pas les 3 mois.
→ Le camping est interdit aux Bahamas.
→ Attention aux puces de sables au lever et coucher du soleil ! 😉
→ Il n’y a pas de plages privées aux Bahamas.


*Merci à l’Office du Tourisme des Bahamas, à Travel Insight, à l’hôtel Viva Wyndham Fortuna Beach, à notre merveilleuse accompagnatrice Karin, Célia, Stanislas, et les filles qui m’ont accompagnée durant cet incroyable séjour !

Vous aimerez aussi :
Formentera
Ilots du bout du monde
L’Ile des Pins

Lifestyle Voyages

Road Trip « Green » en Toyota hybride avec Avis

22/05/2018

Presque qu’un mois s’est écoulé depuis notre petite escapade « green » (avec Mehdi et Avis) en région Val de Loire. Me re-plonger dans ces photos et souvenirs est un pur bonheur ! 🙂

Il y a un mois donc, Avis me proposait de découvrir la conduite éco-responsable au cours d’un road trip « green » à la campagne. Pour être honnête avec vous, j’ai été surprise et surtout ravie d’apprendre qu’Avis disposait depuis plusieurs années déjà, de véhicules hybrides dans son parc automobile. Et depuis avril 2018, la marque propose désormais une catégorie de véhicules dédiée hybrides : Avis ECO. Je trouve vraiment cool d’avoir la possibilité de voyager de manière plus responsable !

Je ne connaissais pas bien la région Val de Loire, et je dois dire qu’il s’agit d’une destination « nature » pleine de charme, lorsqu’on prend le temps de la découvrir. Entre ses magnifiques châteaux retraçant et mettent en scène tous les faits de l’histoire de France, et ses paysages bucoliques à souhait, elle a beaucoup à offrir aux voyageurs en quête d’une nature sauvage et d’authenticité.

Bref, voici mon récit de cette belle échappée sportive et culturelle en région Val de Loire, à bord de notre crossover Toyota C-HR hybride de la flotte Avis !

Connaissez-vous la région Val de Loire  ?
Avez-vous déjà conduit/loué une voiture hybride ?

A très vite, Christelle ♥

Qu’est-ce qu’une voiture hybride ?

Comme son nom l’indique, la voiture hybride rassemble deux technologies : moteur thermique et électrique. Elle utilise donc deux sources d’énergie bien distinctes à savoir l’électricité d’une part, un carburant (essence ou gas-oil) d’autre part.

Quels sont les avantages de conduire une voiture hybride ?
→ Une voiture hybride permet de faire des économies, car elle consomme moins de carburant.
→ Vous participez à la protection de la planète, en rejetant moins de gaz à effet de serre nocifs pour l’homme et la nature.
→ Réduction de la pollution sonore : vous voyagez dans un silence exceptionnel en mode électrique (en ville), pour un confort optimal.
→ Les sensations au volant sont améliorées : grâce au moteur électrique par exemple, l’accélération est immédiate, contrairement au moteur thermique qui a toujours un petit décalage.

Le crossover Toyota C-HR hybride

Le Toyota C-HR est le premier crossover hybride compact proposé par la marque.

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) a publié les données d’émissions de CO2 des véhicules neufs vendus en France en 2017. Le groupe Toyota (marques Toyota et Lexus) figure pour la sixième année consécutive en tête du classement des constructeurs dont les taux moyens d’émissions de CO2 sont les plus faibles*. 🙂

Mes coups de coeur :
Toyota Safety Sense, un système de sécurité précollision avec détection des piétons, alerte de franchissement de ligne avec aide au maintien dans la file et détecteur de fatigue, gestion automatique des feux de route, etc.
La batterie se recharge toute seule lors des phases de freinage et de ralentissement, récupérant l’énergie cinétique grâce à un générateur la transformant en électricité. Celle-ci est ensuite retransmise au moteur électrique dans certaines phases, notamment lors des phases de démarrage ou en appui du moteur thermique.

N’hésitez-pas à consulter les autres modèles respectueux de l’environnement proposés par Avis Location ! 😉


*Les modèles vendus par Toyota en 2017 émettent en moyenne 98 g/km de CO2, soit une baisse de 2 g/km par rapport à 2016. La moyenne du marché français est de 111 g/km, en hausse de 1 g/km. 

Jour 1 / Conduite « hybride » et visite de Chambord

 Retrait de la Toyata C-HR en agence Avis
Nous avions rendez-vous à 9h à l’agence Avis de la Gare Montparnasse (côté Pasteur !) pour récupérer notre véhicule. Notre contrat de location nous attendait sur tablette (Il suffit de re-lire/signer le contrat, qui est ensuite automatiquement envoyé par mail. 😉 ), ainsi que notre Toyota C-HR garée juste devant. L’un des membres du personnel Avis nous a accompagné pour nous présenter la voiture et nous donner quelques conseils avisés. Et en moins de 10 minutes, nous étions aux portes de Paris, prêts à profiter pleinement de ce road-trip « green » de trois jours en région Val de Loire.

 Visite du Château de Chambord
Il nous a fallu environ 2h15 de route pour arriver au Domaine national de Chambord. Ce passage sur autoroute était aussi l’occasion de tester la puissance et le confort de notre crossover hybride… Un vrai bolide !
A notre arrivée à Chambord, nous avons filé tout droit vers le Château pour éviter la période d’affluence; Il était environ 11h30, et nous voulions profiter de l’après-midi pour flâner dans le domaine. La visite nous a pris un peu plus d’1 heure. Le Château de Chambord est une oeuvre d’art exceptionnelle,avec son escalier central insolite et son parterre de jardins à la française restauré il y a peu ! 🙂
Ves 13h, nous avons pique-niqué sur l’herbe recouverte de pâquerettes faisant face au Château, et loué des vélos pour visiter le Domaine.

 Sunset et dîner
Nous avons repris la route pour rejoindre La Cave Margot, une jolie maison d’hôtes située dans la très bucolique commune de Lunay. J’ai vraiment eu un gros coup de coeur pour ce gîte et cette région. Les paysages ressemblaient à ceux décrits par Maupassant dans ses contes. Notre petite cabane en bois était parfaite, avec vue sur la campagne… Nous avons fait un sauna, puis un petit tour dans le jacuzzi au coucher du soleil, avant de rejoindre Morphée et le grand lit de la cabane. 🙂


Jour 2 / Randonnée kayak sur la Loire et pique-nique

 Petit-déjeuner et départ
Après une bonne nuit de sommeil (J’ai rarement dormi aussi bien !), nous avons rejoint la salle à manger commune de la longère pour le petit-déjeuner. C’était comme à la maison, copieux, convivial, sauf qu’il y avait des convives avec lesquels nous avons adoré faire connaissance.
Puis, nous avons repris la route en direction de Blois pour rejoindre la base de Loire Kayak.

 Randonnée kayak sur la Loire
Nous avons opté pour la randonnée de 20 km, une distance qui nous a permis de découvrir la région dans le calme et la sérénité du fleuve tout en transpirant un peu. 😉 Il faisait beau et chaud !
Nous avons pris une navette nous conduisant au point de départ de la balade, et nous sommes partis admirer les villages et châteaux bordant le fleuve, ainsi que les nombreuses petites îles sauvages à la faune et la flore abondantes. A mi-parcours, nous avons fait une pause à l’ancien port de Chambord au pied de l’église de Saint-Dyé-sur-Loire, avant de reprendre notre embarcation pour rejoindre la base…

 Pique-nique et arrivée à Romorantin-Lanthenay
Après le kayak, nous avons pique-niqué à l’ombre des cerisiers en fleurs, et nous sommes repartis en direction de la jolie commune fleurie de Romorantin. Après quelques arrêts au bord de la route pour prendre des photos, nous sommes arrivés à destination. La Toyota C-HR est particulièrement adaptée à la conduite citadine. C’était un bonheur de naviguer dans les petites rues étroites de la ville, de se garer, etc.

♥ Dîner gastronomique au Grand Hôtel du Lion d’Or
Cette fois-ci, nous avions une réservation d’une nuitée au Grand Hôtel du Lion d’Or, un Relais & Châteaux bucolique dont le restaurant gastronomique est étoilé. Nous y avons dîner, et autant vous dire que le service était « aux petits oignons ». Installés dans la cours centrale arborée, nous avons goûté à une cuisine savante, vive, grande bourgeoise ! Mention spéciale pour les délicats desserts qui apparaissent sur la table comme par magie, et qui n’en finissent pas !


Jour 3 / Retour à Paris

♥ Sortie running et petit-déjeuner
Nous nous sommes levés assez tôt pour découvrir la région en courant cette fois-ci. Nous avons roulé en direction du Lac de Beaumont pour avoir la chance d’observer les parades des oiseaux nicheurs pendant notre session. C’était vraiment agréable de courir en pleine campagne et de remplir nos poumons d’air pur !
A notre retour à l’hôtel, nous avons petit-déjeuner en terrasse (Petit-déjeuner à la française exquis !) et nous avons préparé nos affaires pour le retour à Paris.

♥ Retour à Paris et dépôt de la Toyata C-HR hybride en agence Avis
Nous avons repris la route et l’autoroute en direction de Paris. Nous avons rendu notre voiture dans un parking souterrain dédié aux retours de l’agence Avis de la Gare Montparnasse. Après quelques vérifications d’usage, nous avons remis -avec regret- les clés de notre Toyota C-HR  à l’un des membres du personnel Avis. Notre road trip « green » prenait fin !

Informations Pratiques

 Château de Chambord & Domaine
Le Domaine national de Chambord est situé à environ 170 km au sud de Paris, dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire. Il s’agit d’un ensemble architectural (Château de Chambord) et naturel (Parc forestier clos -le plus grand d’Europe- de 5440 hectares.) unique en France et inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981.
Château de la démesure (440 pièces et 282 cheminées), le plus impressionnant des Châteaux de la Loire (128 mètres de façade), Chambord est un chef d’œuvre de la Renaissance. J’ai particulièrement aimé l’escalier à double révolution : deux escaliers qui tournent dans le même sens mais qui ne se croisent jamais !

Les activités sont nombreuses et variées à Chambord :
– Location d’une voiturette, d’un bateau, d’un vélo (7€ l’heure) pour visiter le Domaine national de Chambord.
La Maison des Vins de Chambord pour déguster et s’offrir des vins AOC Cheverny et Cour Cheverny.
– Le Spectacle Chevaux et Rapaces pour découvrir l’ambiance à la cour de François Ier !

> Château de Chambord – 41250 Chambord – Tél : 02 54 50 40 00
Le Château est ouvert de 9h à 18h. Billets Château + Jardins : 13€


Loire Kayak
Loire Kayak invite à découvrir le patrimoine naturel et culturel du Val de Loire a fleur d’eau.
Location de kayaks, canoës d’une à quatre places et stand up paddle. Plusieurs descentes possible d’une heure à plusieurs jours en fonction des envies.

>Loire Kayak – Lac de Loire D951 – Tél : 06 62 90 15 543 – Mail : loirekayak@live.fr
Ouverture d’avril à septembre.


La Cave Margot, Maison d’hôtes avec SPA
« La Cave Margot » est une longère du XIXème siècle toute en pierre et entièrement restaurée ! Au creux d’une jolie vallée, dans une campagne bucolique et hors du temps, 4 chambres de charme (2 chambres insolites et 2 suites familiales) disposant d’une entrée indépendante et d’une salle de bain privative, etc.
Nous avons séjourné dans le Kota Luxe, une construction de 26m² toute en bois, située à l’écart de la bâtisse sous les grands sapins. Charme et romantisme assurés dans cette petite « maison de poupée » !
Le petit-déjeuner est servi dans la grande salle à manger commune de la bâtisse. Nathalie propose des produits maisons (yaourt, confitures…) et de la région. 😉

> La Cave Margot – 41360 LUNAY, Vallée de la Loire – Tél : 02 54 72 09 53 – Mail : info@lacavemargot.fr


Grand Hôtel du Lion d’Or
Le Grand Hôtel du Lion d’Or est un hôtel particulier Renaissance au coeur de Romorantin, capitale de la Sologne et ville qui suscita la venue de Léonard de Vinci en France. Membre Relais & Châteaux depuis 1978, cet hôtel**** propose 16 chambres avec balcon donnant sur la cour intérieure arborée.
L’excellent restaurant (1 étoile Michelin) mené par le Chef Didier Clément, met à l’honneur le végétal et les produits de la région « oubliés : fleur de bourrache, nèfle sauvage, thym de bergère, menthe des marais, fleur de sureau, etc. Au menu, variation d’asperges blanches ou de girolles des sous-bois, desserts gourmands, accompagnés d’une exceptionnelle carte des vins de Loire. Un vrai régal pour les yeux et les papilles !

>  Grand Hôtel du Lion d’Or – 69 rue Georges Clemenceau – 41200 Romorantin-Lanthenay – Tél : 02 54 94 15 15 – Mail : info@hotel-liondor.fr

Photos : Mehdi Têtard et moi
*Article Sponsorisé par Avis.

Vous aimerez aussi :
Week-end Yoga & 5/2 à Solterre

Running Sports Voyages

Les 20km Genève Aéroport 2017

03/11/2017

Le week-end dernier, j’ai eu la chance de participer à la première édition des 20km de Genève by Genève Aéroport ! Lorsqu’on m’a demandé si je voulais participer à cette course, j’ai dit OUI sans hésiter, car j’avais vraiment envie de découvrir Genève de cette façon : en faisant du sport !
En revanche, j’ai préféré opter pour la course en duo, car j’ai beaucoup couru « de manière officielle » ces derniers temps, et cela faisait beaucoup trop*. D’ailleurs, je trouve cela vraiment cool ce « format duo » : il permet à chacun de trouver son bonheur !

Nous sommes arrivés le vendredi à Genève. Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes partis pour un petit run touristique-papotage le long du Lac Léman. Le ciel était d’un bleu !
Puis, nous avons déjeuné au soleil à la buvette des Bains de Pâquis. Après cette pause gourmande bien méritée, nous avons rejoint l’aéroport (à 5 minutes en partant de la gare de Genève Cornavin) pour récupérer nos dossards. J’ai adoré le village de la course en plein aéroport. C’était comme si on partait en voyage ! 🙂
Enfin, nous avons participé à un cours de yoga assez doux -toujours dans l’aéroport-, pour nous libérer de nos tensions avant le Jour J.

J’ai vraiment adoré l’ambiance et l’organisation de cette course ! Je vous la conseille vivement pour un week-end sportif à deux ou entre amis. C’est une belle expérience !

Je vous laisse découvrir mon compte-rendu des 20km de Genève by Genève aéroport plus bas. J’espère qu’il vous plaira !

A très vite, Christelle ♥


*En tant que coach, je pense qu’il est aussi de mon devoir de montrer l’exemple. Courir de « manière officielle » des courses de longue distance chaque semaine n’est pas « sain ». Le corps a besoin de se reposer, au risque de se blesser. Et puis, vous le savez autant que moi, lorsque le départ est donné personne n’arrive à se raisonner en respectant une allure « régénération » ou « footing ». J’ai préféré partager ma course avec Mehdi pour être sûre de courir « bien » et avec plaisir !

Photos : Mehdi Têtard et moi

Shop our running « race pack »

Les 20km de Genève by Genève Aéroport

 Départ
Le départ de la course était prévu à 9h30. Notre hôtel* étant à deux pas, nous avons pu prendre le temps de  petit-déjeuner et de nous préparer sans avoir à nous lever à l’aube. Au passage, merci le passage à l’heure d’hiver ! 😉
Vers 9h, Mehdi et moi avons retrouvé toute l’équipe dans le hall de l’hôtel pour rejoindre la ligne de départ sur le Quai du Mont-Blanc. Il faisait gris avec un temps sec et une température clémente : la météo propice aux belles performances ! J’avais enfilé mon équipement fétiche (Flipbelt, leggings ultra-léger, montre de running, etc.), et l’ambiance semblait au rendez-vous.
Mehdi -avec qui j’ai partagé cette course- s’échauffait doucement en musique. J’ai attendu que le coup d’envoi soit donné, pour filer à la Gare et prendre le train qui devait me conduire au point de relais à Genthod.

♥ La course
Pour être honnête avec vous, j’avais vraiment peur de râter mon relais ! Deux trains étaient prévus depuis la Gare de Cornavin (9h13 et 10h13) : le premier me faisait louper le départ de Mehdi et le deuxième était « juste juste ». Après avoir stressé pendant tout le trajet (compter 15 minutes), je suis arrivée in extremis dans mon SAS de départ. Mehdi me cherchait du regard, j’hurlais son nom tout en enclenchant ma montre. Après avoir parcouru 11,5km avec un joli dénivelé jusqu’à Genthod, il m’a transmis le témoin (= un dossard avec puce) et je suis partie pour les 8,5km restant.
Mon parcours a commencé par une descente le long des vignes et avec vue sur le lac Léman. Le soleil en a profité pour pointé le bout de son nez… Et puis les km se sont enchaînés le long de l’autoroute, pour finir au bord du fameux lac ! Il y a eu un ravitaillement pendant ma partie, très bien fourni, mais je ne me suis pas arrêtée ! J’ai couru avec le coeur et le sourire. Je voulais effectuer un beau chrono pour Mehdi. 🙂
D’ailleurs, il m’attendait à la ligne d’arrivée, atteinte en 1h36. Nous étions heureux d’avoir participé à une si belle course, et qui nous a permis de découvrir les charmes de la magnifique campagne genevoise et la gentillesse de ses riverains. 

Photos, brunch, départ
Après avoir fait les traditionnelles photos devant le jet d’eau, nous avons filé à l’hôtel pour prendre notre douche. La veille, j’avais repéré de jolies adresses « sans gluten » pour bruncher… Au final, nous avons bien marché 8km avant d’en trouver une ouverte ! 🙁 Il faut savoir que presque TOUT est fermé le dimanche à Genève. Nous avons petit-déjeuner chez Birdie Food & Coffee : j’ai pris un porridge pomme-miel et Mehdi une salade de lentilles.
Puis, nous avons rejoint tout le monde pour un dernier café à la gare. Le reste, vous vous en rappelez sûrement ! Notre TGV a heurté un sanglier. Nous avons dû prendre un TER pour Lyon où un autre TGV vous attendait. Puis, ce dernier a été contraint de s’arrêter à cause d’un accident grave voyageur. Nous sommes arrivés à Paris à 3h du matin, fatigués, morts de faim… Mais cela n’a pas entaché le souvenir de ce merveilleux jour en Suisse ! 🙂

*Nous avons logé à l’hôtel Novotel Genève Centre, situé à 800m de la Gare de Cornavin. Très pratique pour les déplacements professionnels, cet hôtel 4 étoiles est proche de tous les lieux de curiosités de la ville. Les chambres sont spacieuse, épurées et le petit déjeuner est assez copieux -avec un coin sans gluten-.
Hôtel Novotel Genève Centre, 19 rue de Zurich, 1201 Genève, Suisse – Tél : 0041 229 099 000.


Suite au succès de la première édition, les 20km de Genève by Genève Aéroport seront reconduits pour une deuxième année le dimanche 14 octobre 2018. Les informations et inscriptions seront disponibles prochainement sur le site de l’évènement. 😉

*Merci à toute l’équipe des 20km Genève Aéroport, et aux pétillantes Tania et Elodie pour ce merveilleux week-end ! 

Vous aimerez aussi :
Palma des Majorque : Échappée Sportive & Culturelle

Espagne Europe Running Voyages

Palma de Majorque : Echappée Sportive & Culturelle

24/10/2017

Presque 10 jours se sont écoulés depuis notre escapade sportive (avec Anne) à Palma de Majorque. Me re-plonger dans ces photos et souvenirs est un pur bonheur ! 🙂

Cela faisait un moment que Majorque me faisait de l’oeil, mais je dois dire que j’avais un peu peur de tout ce que j’entendais à son sujet : tourisme de masse, barres d’hôtels dégradant le paysage, comportement irrespectueux de certains touristes, etc. Et puis, j’ai laissé mes a priori à Paris pour la découvrir autrement -et grâce à notre guide Nicole-.

Majorque est une destination « nature » pleine de charme lorsqu’on prend le temps de la découvrir. Entre ses majestueuses falaises calcaires qui plongent dans des eaux translucides, les vastes plaines plantées d’amandiers et d’oliviers, les criques idylliques accessibles uniquement par la mer ou à pied, et les jolis sentiers de randonnée pédestre de la Serra de Tramuntana, l’île a beaucoup à offrir aux voyageurs en quête d’une nature sauvage et d’authenticité.

Bref, voici mon récit de cette belle échappée sportive et culturelle à Palma de Majorque !

Connaissez-vous Majorque ?
Avez-vous déjà couru une course à l’étranger ?

A très vite, Christelle ♥

Jour 1 / Visite de villages pittoresques et retrait des dossards

Après un check-in rapide à notre hôtel, nous avons filé avec notre guide Nicole (Une super mamie de 74 ans, à l’énergie débordante et aussi passionnée que passionnante !) vers la Serra de Tramuntana, une petite chaîne montagneuse classée au Pratrimoine mondial de l’UNESCO en 2011. Cette partie de Majorque offre une riche variété de paysages : cimes de montagnes, précipices sur la mer, grottes, etc.
Sur le chemin, nous avons pu apprécier les amandiers alignés, les troncs tordus des oliviers millénaires, et une vue époustouflante sur le bleu de la  Méditerranée !  Sachez qu’il y a des GRs ou sentiers de longue distance, des circuits pour pratiquer le nordic walking et des routes de cyclotourisme. Par ailleurs, les évènements de cyclotourisme sont nombreux toute l’année ! 😉

Visite du village de Valldemossa
Valldemossa est un petit village de montagne pittoresque et accueillant, blotti dans les plis de la Serra de Tramuntana. Nous avons déambulé dans ses ruelles en lacet, avec ses maisons de couleur ocre et ses allées charmantes ornées de pots de fleurs, tout en écoutant Nicole nous compter les amours de Chopin Georges Sand. Un must do !

♥ Déjeuner à Port Sóller
Nous avons déjeuné au Port de Sóller, une agréable petite station balnéaire en forme de coquille et à l’ambiance plutôt familiale. Notre restaurant était à quelques pas seulement de la plage, si bien que nous n’avons pas résisté à nous baigner en attendant notre paëlla végétarienne. Elle était délicieuse, et servie dans les règles de l’art !
> Restaurant Es Canyis  – 21 Paseo Platja d’en Repic, 07108 Port De Soller – Tél : 0034 971 631 406

Puis, nous avons pris l’ancien tramway reliant le port au village de Sóller. La promenade était agréable, et elle nous a permis d’apprécier les paysages de la vallée ainsi que les montagnes qui l’entourent. La Serra de Tramuntana est une des destinations préférées des vacanciers, surtout des amateurs de randonnée, de nature, de culture, de sports aquatiques, de gastronomie ou simplement pour se reposer, loin de l ‘affluence touristique d’autres endroits plus connus.

Retrait des dossards
A notre retour à Palma, notre chauffeur nous a déposé au village de la course, en contrebas de la splendide Cathédrale. Pendant un instant, j’ai eu l’impression d’être de retour au lycée : nous avons cherché notre nom sur un panneau d’affichage pour trouver notre numéro de dossard et récupérer notre race bag. À noter quand même, qu’en plus du prix du dossard on nous a demandé 5 euros pour la puce. Essayez d’avoir de l’espèce sur vous, car les DAB sont assez éloignés du village ! 😉
Sachez aussi que le même jour, vous pouvez courir le marathon, le semi-marathon et le 10km de la ville. J’ai hésité avec le 10km, mais Anne m’a assuré que le parcours était plutôt facile (Mais ouiii !) !
Pour les fan de triathlon, sachez aussi que le même weekend a lieu le Triathlon challenge Peguera-Mallorca ! 😉

Sunset et dîner
Vers 18h30, après une petite pause dans nos chambres respectives, nous sommes allées contempler le coucher de soleil depuis la superbe piscine-rooftop de l’hôtel !
Puis, place au dîner chez Ola del Mar, un restaurant de fruits de mers proposant de jolies options sans gluten.
> Ola del Mar – 1 Calle Vicario Joaquín Fuster, Palma de Mallorca – Tél : 0034 971 274 275

Jour 2 / Semi-Marathon de Palma

Départ
Le départ du marathon et semi-marathon était prévu à 9h. Du coup, j’ai retrouvé Anne au petit-déjeuner de l’hôtel à 7h. Nous avons déjeuné léger et avec regret, car le buffet était fastueux tant sur la qualité que sur la quantité : pain sans gluten (à la demande), gaufres, fruits exotiques, assiettes salées à composer, etc., j’aurais vraiment voulu en profiter plus ! 🙁
Après un détour à la chambre pour nous préparer, nous sommes parties pour la ligne de départ (à seulement 1,5km de notre hôtel). Il faisait beau, j’avais enfilé mon équipement fétiche (Flipbelt, short à imprimé palmiers, lunettes de soleil, etc.), et l’ambiance semblait au rendez-vous.
Et puis, sans s’en rendre compte, le départ était donné… J’ai enclenché ma montre en commençant à courir et rangé mon téléphone au plus vite. C’est parti !

La course 
Dès le troisième km, j’ai compris que la chaleur allait me faire souffrir ! Il faisait chaud, et le soleil brillait de mille feux. Fort heureusement, il y avait 5 ravitaillements en eau sur le parcours. Je crois d’ailleurs, que c’est la première fois que je me suis arrêtée à chaque fois ! 😀
La première partie de la course était plutôt cool : de longues lignes droites longeant la plage et le port bordés de palmiers. Tout allait bien jusqu’au 7ème km, où j’ai commencé à éprouver une douleur vive au niveau de mon pied droit. Je me suis arrêtée, car je sentais mon petit orteil littéralement « ronger » l’autre. J’ai dû enlever ma chaussette de compression, aérer mon pied, tout remettre… Bref, 4-5 munies plus tard, j’ai su que je finirais ma course pour la finir et non pas pour me challenger ! J’étais déçue, mais il fallait continuer et rester positive.
Les km se sont enchaînés jusqu’au « terrible » centre historique, ses pavés glissants, ses montées vertigineuses et ses virages à 360°. J’ai continué jusqu’au bout avec cette douleur au niveau du pied. Et puis, finalement la ligne d’arrivée, atteinte en 2h05. J’ai vu le bon côté des choses : j’étais incroyablement chanceuse de pouvoir courir cette course dans ces conditions, un mois d’octobre, et avec cette ambiance (Les courses espagnoles sont tellement plus décomplexées !) ! Et puis, j’ai pris beaucoup de plaisir, surtout sur les 3 derniers km. 🙂

Balade et shopping
Après un bon bain, quelques soins pour mon petit peton (Ma chaussette était pleine de sang !), et une ou deux séances photos pour Anne, nous avons rejoint le centre-ville pour un petit brunch de la victoire et une session shopping. Puis, nous sommes rentrées à l’hôtel au coucher du soleil !

Nous avons logé au tout nouveau hôtel Meliá Palma Bay, situé près de la promenade en bord de mer et à proximité du quartier de Portixol. L’ensemble des lieux a été créé par le célèbre architecte Patxi Mangado. L’hôtel dispose d’un bar sur le toit-terrasse magnifique avec piscine et des vues de 360º sur la ville de Palma, d’un Spa Wellness de 715 m2, et d’une zone fitness… Les chambres sont magnifiques, épurées et conçues pour garantir le soin personnel et le bien-être.
> Hôtel Meliá Palma Bay, 29 Paseo Ingeniero Gabriel Roca, 07014 Palma de Mallorca – Tél : 0034 912 764 747

Photos : Anne&Dubndidu et moi

Shop my running « race pack »

Jour 3 / Visite de Palma, shopping et départ

Palma est une ville très méditerranéenne. Elle possède ce contraste si intéressant entre l’héritage du passé et les dernières percées du monde moderne. Palma est aussi une ville artistique qui a inspirée de nombreux peintres avec sa cathédrale imposante qui domine la baie, ses patios spectaculaires, ses couvents et églises, ses ruelles embrouillées et ombragées en damier…  Pour ce dernier jour, Nicole nous a permis de visiter les rues de la vieille ville tout en écoutant les légendes du passé et en contemplant les les monuments les plus marquants de la ville.

La Cathédrale de Majorque
La Cathédrale de Palma de Majorque reçoit aussi le nom de « La Seu » (= le siège). On la connait aussi comme la cathédrale de la mer (car elle en est très proche), de la lumière (projetée dans 87 baies vitrées et 7 rosaces) et de l’espace (l’église gothique qui, avec moins de pierre, dispose de plus d’espace). Ce chef d’oeuvre est considéré comme la quatrième église la plus belle du monde ! Nous sommes restées longtemps à écouter l’histoire de sa construction, intrinsèquement  liée à celle de Majorque. 🙂

Shopping
Par manque de temps, nous n’avons pas pu explorer toutes les boutiques et échoppes de Palma. Néanmoins, s’il y en a une qui m’a vraiment marquée c’est bien Rialto Living : un concept-store vitrine de l’époque, un vrai lieu de vie voué à la mode et à la maison, et flanqué d’une cantine chic ! Il s’agit de la version majorquine de notre Merci. 😉
Nous y avons déjeuné (options végétariennes et sans gluten) avant de rejoindre l’aéroport. Ma salade était succulente ! 
> Rialto Living – 3 Carrer de Sant Feliu, 07012 Palma – Tél : 0034 912 713 331

*Merci à l’Office du Tourisme des Iles Baléares, à Francisca, à notre merveilleuse guide Nicole et à Marjolaine pour ces 3 jours magiques ! 

Shop mon look

Vous aimerez aussi :
Formentera
Barcelone Express

Europe Sans Gluten Voyages

Formentera

27/08/2017

FomenteraEncore un article resté en suspens ! 😀 Mieux vaut le prendre avec le sourire, n’est-ce-pas ? Les photos étaient prêtes, et pourtant, je n’ai pas réussi à m’y mettre.
Les articles « voyage » sont ceux qui me prennent le plus de temps. Il faut se rappeler des adresses découvertes par hasard, trier les milliers de photos prises un peu n’importe comment, noter les petites anecdotes qui « font toute la différence », et surtout ne pas trop tarder à écrire car les souvenirs s’estompent vite !

En mai dernier, j’ai eu la chance de séjourner quelques jours à Formentera pour fêter mes 30 ans. Cette petite île des Baléares a toujours vécu dans l’ombre d’Ibiza, à moins de 30 de minutes en bateau. Moins festive, moins glamour mais tellement plus authentique, plus bohème; Je voulais absolument découvrir cette petite perle préservée de la Méditerranée, digne héritière de la vague hippie des années 60 !

Du haut de ses 82 km², la petite île aligne pas moins de 20 kilomètres de belles plages de sable blanc bordées d’eaux turquoises, singulièrement préservées des complexes immobiliers qui ont eu raison de si jolis rivages chez ses voisines (Ibiza et Majorque). Et pour cause, Formentera est le temple des posidonies, ces plantes aquatiques classées au Patrimoine mondial de l’Unesco qui nettoient en douceur les eaux tout en laissant passer le sable. Leur préservation a repoussé l’urbanisation pour laisser place à un véritable havre de paix hippie-chic ! 🙂

Les paysages de Formentera sont à couper le souffle, et présentent ce que la Méditerranée a de mieux : des eaux turquoises filtrées naturellement, des plages de sables fins à perte de vue, des salines qui figurent depuis 1999 au patrimoine mondial de l’Unesco, des falaises accidentées, des villages assoupis autour de leur Eglise, et ce charme méditerranéen entre cabanes de pêcheurs et restaurants humant bon la cuisine à l’huile d’olive. Pendant ces quelques jours, le temps s’est arrêté; Tout me semblait loin, plus rien avait d’importance. C’était si bon !

Formentera est bel est bien « le dernier paradis méditerranéen » car elle a su conjuguer tourisme et protection de l’environnement avec brio ! Je vous conseille vraiment d’y faire un tour pour y découvrir tout le sens du mot « farniente ». 😉

Aujourd’hui, je vous propose donc de m’accompagner pour une virée à Formentera !

Avez-vous déjà visité cette île des Baléares  ? 

A très vite, ♥ Christelle

Comment y aller ?

Formentera ne possède pas d’aéroport. Le seul moyen d’accès se fait par voie maritime, histoire de la rendre encore plus désirable ! 😉 Pour s’y rendre, il faut atterrir à Ibiza et prendre le bateau jusqu’au port La Savina. Les vols directs depuis/vers Ibiza sont quotidiens durant la haute saison (Nous avons choisi Transavia.). Les compagnies Trasmapi (passagers), et Baleària (passagers + véhicules) assurent chaque jour plusieurs liaisons entre le port d’Ibiza et celui de La Savina. Les plus rapides effectuent le trajet en 20 minutes… 😉

Comment circuler ?

Bien que Formentera soit une petite (seulement 17 kilomètres de long), il est préférable de louer un moyen de transport pour découvrir l’île par vous-même -et en toute liberté- pendant votre séjour. Nous avons opté pour un scooter loué à notre arrivée à La Savina (Le scooter a été livré à notre hôtel le lendemain matin.). Néanmoins, Formentera offre un cadre idéal pour les amateurs/trices de vélo avec ces 32 km de « chemins verts ». Vous pouvez les retrouvez en intégralité ici ! 😉

Pour dormir ?

♥♥ Tropicana Ibiza Suites
Situé à 200 m de la Playa d’En Bossa, cet hôtel rappelle la fraîcheur, l’élégance et le « tropical mood » du quartier Art Déco de Miami (Les photos parlent d’elles-mêmes !). Nous y sommes restés une journée, le temps de s’imprégner de l’esprit festif d’Ibiza, et surtout d’embarquer pour Formentera.
> Calle Dressa Tanit 10, Sant Josep de sa Talaia, Illes Balears, Espagne.

♥♥♥ Hôtel Es Marès
Cet hôtel contemporain tire son nom de la roche présente sur toute l’île de Formentera : le grès. Faisant partie intégrante de l’architecture de l’hôtel, elle contribue à son minimaliste élégant. La chambre de blanc immaculé, le spa en pierres naturelles (Il comprend hammam, sauna et bain à remous.), la salle de fitness bien équipée, la piscine extérieure, le petit-déjeuner buffet proposant des options sans gluten, etc., tout invite au calme et à la sérénité !
> Carrer Santa Maria 15, San Francisco Javier, Illes Balears, Espagne.

Que ramener de son voyage ?

♥♥ Du sel liquide de Formentera. Vendu sous forme de spray, il est meilleur pour la santé car pauvre en sodium. 😉 Nous en avons trouvé dans une petite boulangerie de La Savina (Je ne me rappelle plus du nom.), et une épicerie à quelques mètres de notre hôtel Es Marès à San Francisco Javier.

Des espadrilles Alma Gemela 100% locales. Cette boutique décorée selon l’inspiration méditerranéenne, propose une collection de vêtements et d’accessoires locaux uniques.

Du miel biologique de Formentera, clair et ambré !

Des bijoux artisanaux du Marché « hippie » de La Mola. Ce marché est le seul de l’île où tous les exposants sont tous de vrais artisans/artistes. Il a lieu de mai à octobre, les mercredis et dimanches de 16h à 22h.

À faire / à voir

→ Se perdre dans les ruelles immaculées -bordées d’échoppes hippies- de Sant Francesc Xavier.

♥♥♥ Regarder le soleil se coucher face au phare du Cap de Barbaria. Ce phare est certainement un lieu clef de Formentera à ne manquer pour rien au monde. On ne sait pas si c’est vraiment le phare qui attire les visiteurs ou bien si c’est le chemin qui y mène… Les paysages semblent tout droit sortis d’un roman ! 🙂

♥♥♥ Formentera possède plus de 20 km de plages de sable blanc aux eaux limpides dans une gamme de bleus surprenants. 🙂 Mes préférées sont : Cala Saona (Plage familiale réputée pour ses roches rouges qui l’entourent.), Platja de Ses Illetes (La plus célèbre plage de Formentera grâce à ses eaux cristallines et à son sable mélangeant les nuances de rose.), Es Cavall d’En Borras (Plage située entre le port et la plage de Ses Illetes, accueillant quotidiennement le traditionnel rite de la « puesta de sol ».), Calò des Mort

Contempler le « bout du monde » au phare de La Mola, situé à l’extrême Est de l’île; La promenade inoubliable (une montée raide en lacets le long d’une route encadrée de pins), on tombe sur Pilar,- se termine par une vue imprenable depuis les falaises de La Mola. A côté se trouve un monolithe en l’honneur de l’écrivain Jules Verne qui mentionna le phare dans son livre « Hector Servadac – Voyages et Aventures à travers le Monde Solaire ».

Faire escale au restaurant El Mirador (sur le chemin de La Mola) et profiter de la magnifique terrasse avec vue panoramique sur toute l’île ! Nous avons pris un petit « cafe con hielo » (= café glacé) qui s’est éternisé.
> Carretera 820 Km La Mola, 07872 Formentera, Illes Balears, Espagne.

Profiter de son séjour pour participer à l’un des évènements sportifs de l’île. Mon rêve serait de participer au semi-marathon ! 😉

Quelques adresses pour bouger et manger (GF)…

Il en manque sûrement quelques unes, mais l’essentiel est là ! 😉

Cafè Matinal
Véritable institution à Formentera, cette petite adresse dissimulée au détour d’une ruelle piétonne est spécialisée dans les  brunchs et petits-déjeuners homemade.
> Carrer de l’Arxiduc Lluís Salvador 18, San Francisco Javier, Illes Balears, Espagne.

Ca Na Joana
Restaurant gourmet et élégant, qui met à l’honneur les produits frais et locaux. Nous y avons dîné -aux chandelles- pour mon anniversaire… Je vous recommande le mi-cuit au chocolat ! 😀
> Carrer de Berenguer Renart 2, San Francisco Javier, Illes Balears, Espagne.

♥♥ Integral
Unique restaurant végétarien, végatalien et « gluten-free friendly » de l’île; Au menu, un jus green pressé à froid devant vous, des salades inventives, et une crêpe sans gluten fourrée à la pâte de cacao maison !
> Carrer de s’Espalmador 39, Es Pujols, Illes Balears, Espagne.

Japoneria Bufambo
Excellent japonais créatif, dans un cadre charmant et intimiste.
> Carrer d’Eivissa 6, San Francisco Javier, Illes Balears, Espagne.

Pizza Pazza
Le tout premier restaurant italien de l’île, et le seul à proposer de pizzas sans gluten. 😉
> Carrer de s’Espalmador 46, Es Pujols, Illes Balears, Espagne.

Vous aimerez aussi :
Hola Madrid !
Ilots du bout du monde
L’Ile des Pins

Nouvelle-Calédonie Voyages

Le Phare Amédée

06/03/2017

En Nouvelle-Calédonie, la météo est un sujet qui passionne ! Dans la rue, au supermarché, on entend souvent des phrases du type « Tu verrais le Vent d’Ouest à L’anse Vata ! » (= Mistral local),  ou encore « Ils sont en alerte orange dans le Nord ». Il faut dire que presque toutes les activités de l’île reposent sur sa météo. Les habitants vont à la plage comme nous faisons les boutiques ! Le week-end, ils sortent en mer, pique-niquent au bord de l’eau, etc. D’ailleurs, l’une des excursions les plus prisées par les touristes et les locaux possèdant un bateau, c’est le Phare Amédée. La légende dit qu' »il fait toujours plus beau là-bas !

L’îlot Amédée est situé à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Nouméa, et mesure 400 m de long sur 270 m de large. Bordé d’une eau turquoise cristalline, de sable blanc et d’une réserve marine tropicale protégée (le site a été inscrit en 2009 au Patrimoine Mondial de l’UNESCO), le Phare Amédée est tout simplement un petit paradis !

N’hésitez pas à relire les articles ci-dessous :
Nouvelle-Calédonie : Poe Beach
Nouméa : les pieds dans l’eau…
Îlots du bout du monde
L’Ile des Pins

Pour vous y rendre, vous pouvez opter pour un bateau taxi ou l’offre du Mary D (journée d’excursion comprenant le transfert, un buffet tropical à volonté suivi d’un spectacle de danses du Pacifique comprenant le “Tamure”). Mon beau frère ayant un bateau, nous avons jeté l’ancre à bord du Wakinah ! 🙂 Après une petite session de snorkeling dans le lagon, nous avons rejoint l’îlot pour un pique-nique à l’ombre des cocotiers. L’îlot est entouré d’un récif corallien et d’une faune sous-marine très riches. Un masque et un tuba suffisent pour admirer des centaines de poissons tropicaux multicolores ! Après une baignade qui s’est éternisée, et une séance d’AcroYoga pour Mehdi et moi, nous avons décidé de visiter le Phare de l’île.

Pour la petite histoire, le Phare Amédée est le 1er phare métallique de France. Du haut des des 56 m, il a dominé Paris pendant 2 ans, avent d’être démonté et envoyé par bateau dans 1265 colis ! Après 10 mois de labeur, il est allumé le 15 Novembre 1865 et signale de son éclat blanc l’approche des passes d’accès à Nouméa. Aujourd’hui, on peut gravir les 247 marches de son escalier en fonte qui conduit au sommet, et permet d’observer le panorama.

Par ailleurs, il est aussi possible d’envoyer vos cartes postales depuis la Poste du Phare Amédée -avec son oblitération officiel “Phare Amédée”-, soit la plus petite poste du Monde ! 😉

J’espère que ce nouveau billet dans les Mers du Sud vous a plu ! Je vous souhaite une belle semaine.

A très vite ! Christelle ♥

Je porte : Maillot de Bain One Surf Capsule Billabong (soldé !!)

Vous aimerez aussi :
Nouméa : les pieds dans l’eau…
Ilots du bout du monde
L’Ile des Pins