Le bloc-notes

9 films remèdes au manque de soleil

30/05/2013

La sentence est tombée il y a deux jours! L’été sera pourri. On ne va pas faire comme si on ne s’en doutait pas. Après un hiver glacé, un printemps pluvieux, place à l’été maussade. Du coup, je me suis dit qu’une petite cure d’UV s’imposait. Au menu, de la chaleur, de la sensualité, de l’amour, de l’aventure, de l’humour… Un pur concentré d’été quoi!

Je commence aujourd’hui, avec une sélection de neuf films remèdes au manque de soleil. 

– La Piscine de Jacques Deray, 1969 (FR): Jean-Paul et Marianne en couple depuis deux ans, coulent des vacances idylliques dans une luxueuse villa de Saint-Tropez, jusqu’au jour où arrive Harry, au bras de la nonchalante Pénélope. Un film sensuel, voire charnel, porté par des acteurs magistraux. Indice UV: la piscine, le soleil, tous les acteurs, les nuits d’été, la moiteur des corps, etc… À peu près tout!

La Plage de Danny Boyle, 2000 (US): Richard est un jeune américain parti en Thaïlande pour vivre une expérience en marge des circuits touristiques. Il rencontre Daffy, qui lui parle d’une île paradisiaque où vivrait une communauté en communion avec la nature. Richard convainc un couple de jeunes français, Étienne et Françoise, de l’accompagner dans sa quête de l’île. Indice UV: les paysages, la plage, Léonardo DiCaprio, l’aventure sous-marine, la Thaïlande, etc…

– Le Château ambulant de Hayao Miyazaki, 2004 (JAP): La jeune Sophie travaille dans la boutique de chapelier que tenait son père avant de mourir. Lorsqu’elle fait la connaissance du beau Hauru, une sorcière se méprenant sur leur relation, lui jette un sort de vieillesse. Désespérée, elle s’enfuit de chez elle. Par hasard, elle pénètre dans le Château Ambulant de Hauru et, cachant sa véritable identité, s’y fait engager comme femme de ménage. La limpidité du trait et des paysages sont mis au service du merveilleux. Un chef-d’oeuvre. Indice UV: la magie, Hauru, les paysages, la poésie, Crucifer, etc…

– Carnets de voyage de Walter Salles, 2004 (ARG): En 1952, celui qui deviendra le Che traverse l’Amérique du Sud en moto, avec son ami Alberto Granado. Cette expérience unique change radicalement sa vision du monde. Un périple de toutes les découvertes pour Ernesto Guevara, qui y aiguise son désir de justice sociale. Un road movie initiatique vrai et juste, qui incite au voyage. Indice UV: la musique, les paysages, Gael Garcia Bernal, l’aventure humaine, etc…

– Indiana Jones et le Temple Maudit de Steven Spielberg, 1984 (US): L’archéologue aventurier Indiana Jones est de retour. Cette fois-ci, il poursuit une secte ayant dérobé un joyau sacré, doté de pouvoirs prodigieux. Une chanteuse de cabaret et un époustouflant gamin l’aident a affronter ces nouveaux dangers. Une avalanche de poursuites et de gags sur fond de mythologie; Un vrai régal pour les yeux. Indice UV: les mets exotiques, le crash de l’avion, l’éléphant, la jungle, Harrison Ford, etc…

Dirty Dancing de Emile Ardolino, 1987 (US): Bébé passe des vacances familiales dans la région des montagnes Catskill, à la pension de la famille Kellerman. Elle s’ennuie, jusqu’au jour où elle découvre qu’un groupe d’animateurs du village estival s’adonne au « dirty dancing ». La jeune fille sage s’émancipe peu à peu, grâce à sa rencontre avec Johnny Castel, le professeur de danse. Une romance musicale sexy et bourrée de clichés, mais dont on ne se lasse pas. Indice UV: la danse, le « dirty dancing », Patrick Swayze, les vêtements de Bébé, la musique, etc…

– Les Goonies de Richard Donner, 1985 (US): Durant l’été, une bande de gamins trouvent dans un grenier, une vieille carte au trésor menant au repère du pirate Willy Le Borgne. En suivant la carte, il arrivent et pénètrent dans un vieux restaurant en bordure de mer ; Sans savoir que l’endroit est déjà occupé par les Fratelli en cavale. Un film qui sent bon l’enfance. Indice UV: le repère des pirates, la plage, le trésor, l’aventure souterraine, les vêtements, etc…

– To Rome With Love de Woody Allen, 2012, (US):  La somptueuse et baroque Rome, sert de cadre à quatre histoires d’amour. Résidents, ou visiteurs pour l’été, ils vont tous goûter à la Dolce Vita. Entre romances, aventures et quiproquos, Woody Allen signe ici, un délicieux moment de comédie romantique. Du grand n’importe quoi à la sauce romaine. Indice UV: les ruelles antiques, la Fontaine de Trevi, les « gelati », les couchers de soleil, les terrasses, etc… Bref, la « douceur de vivre ».

– Et mec, elle est où ma caisse? de Danny Leiner, 2000 (US): Jesse et Chester sont pris d’amnésie après avoir passé une soirée à faire la fête. En tentant de retracer leur dernière nuit, ils découvrent qu’ils ont en leur possession un objet convoité par une strip-teaseuse, cinq femmes plantureuses, une secte dirigée par un dénommé Zoltan, et deux gardiens de l’espace. Un film drôle tant il est grotesque, et qui fait figure d’ovni dans le genre. Indice UV: la Californie, les fêtes, Christie beau fion, les voitures, la piscine, la secte de zoltan, etc…

 

To Be continued…

 

Et vous? Quels sont les films qui vous font rêver d’été?

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Laura 30/05/2013 at 110705

    Très bonne sélection! Les Goonies!!! C’est trop bon. Je me matais ça avec mon frère quand nous étions jeunés. Et pour les suggestions, je dirais que les films de vacances français ne sont pas en reste. Je pense aux Bronzés, à Camping… C’est dommage que tu ne les ai pas mis dans la sélection….

  • Reply lecanardivre 30/05/2013 at 110805

    J’avais songé à ajouter Les Bronzés, mais il est tellement culte… J’ai pensé que ça serait inutile de le rappeler…

Répondre à lecanardivre Cancel Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.