Browsing Tag

randonnée

Bien-être Sports Voyages

Quintessence Retreats à Megève

07/07/2019

Il y a tout juste un mois, j’ai eu la chance de découvrir un tout nouveau concept de séjours sport et bien-être haut de gamme : Quintessence Retreats. Le pari ? « Vous refaire une santé » en 7 jours  !
Particulièrement séduite par cette promesse et ce principe de « bien-être slow à la carte », j’ai accepté l’invitation avec plaisir ! Quelques jours plus tard, je me retrouvais à côté de Megève, dans les Alpes françaises 🙂

Qu’est-ce que Quintessence Retreats ?

Quintessence = quinta essentia est le cinquième élément qui -selon certains philosophes-, ajouté aux quatre premiers (la terre, le feu, l’air, l’eau), assure la cohésion, la Vie.

L’objectif principal de Quintessence Retreats, c’est de « reconnecter le corps et l’esprit » ! Ainsi, chaque séjour est conçu pour vous inspirer, vous aider à vous focaliser sur VOUS, loin des contraintes de la vie active, pour apprendre à lire les attentes de votre corps, à le nourrir, à le challenger, le renforcer et le purifier. Quintessence est une expérience hors du commun qui vous invite à relever des défis personnels par le biais d’un programme sportif unique -plutôt intense- et d’une cuisine saine et savoureuse. Le tout, dans un environnement naturel et un décor luxueux.


Une journée type ?

Le séjour commence par une évaluation fitness destinée à dresser un bilan global de votre état général. Pour ma part, j’étais plutôt à fleur de peau, fatiguée, stressée par cette fin d’année plutôt intense sur le plan. physique et professionnel.

A la suite de ce premier rendez-vous, l’équipe vous invite à découvrir votre « maison » pour les prochains jours. Cette année, Quintessence a posé ses valises dans une sublime ferme du début du 20e siècle de 650 m2 restaurée, accrochée à flanc de montagne entre ciel et terre, et à deux pas de Megève dans les Alpes françaises. En rentrant dans votre chambre, vous trouvez sur votre lit le programme de la journée qui vous attend.

Chaque journée débute à 7h pétantes par le protocole « Morning Lift » (= séance de jogging / marche rapide avec dénivelé à jeun) et se poursuit avec une matinée dédiée au renforcement musculaire, entrecoupée d’un petit-déjeuner sain et de pauses « collations énergisantes ». Après un déjeuner léger, le programme se poursuit l’après-­midi avec divers sports en extérieur ou intérieur, ou encore des ateliers découverte. Certains après­-midis sont libres afin de profiter du spa, d’un massage ou de bénéficier simplement de temps pour vous. La journée se conclut par une séance de yoga, pilates ou stretching avant de dîner et se relaxer dans le salon, près de la cheminée.


Pendant ces trois jours, j’ai essayé diverses activités (Vous les retrouverez en détails plus bas.), j’ai pris le temps de « couper », de découvrir la région, et j’ai re-pris conscience de mes besoins en matière de nourriture.
Mon avis après seulement quelques jours ? Nous mangeons vraiment beaucoup trop ! Il est vrai qu’en tant que sportive, je mange plutôt sainement. Du coup, j’ai tendance à me lâcher sur les proportions… Chez Quintessence les quantités sont adaptées aux besoins journaliers en calories, les repas sont détox, le sucre fortement réduit. Je vous avoue que ce n’est pas évident au début, mais les repas sont excellents et nutritifs, et la cheffe Emma se fait un plaisir de partager astuces et recettes.

Sport

Aquagym
L’aquagym, c’était aussi l’occasion de profiter de la belle piscine intérieure de la ferme. En temps normal, je ne suis pas vraiment séduite par cette activité… Néanmoins, j’ai trouvé le cours de Kevin agréable, efficace et plutôt ludique.

Boot Camp
Imaginez-vous un Boot Camp avec vue sur le Mont Blanc ! Il nous fallu une bonne demi-heure de marche pour atteindre le massif Jaillet. Clément (notre coach) nous attendait près de la table d’orientation avec du matériel. Au programme un boot camp combinant Trail, renforcement musculaire et cohésion de groupe.
Le plus ? Sûrement le challenge de fin, lorsque nous avons dû remonter une piste rouge avec un sand bag de 10 kg ! 😀

Circuit training
Les circuits trainings sont organisés en extérieurs (dans le grand jardin de la ferme, avec vue sur les montagnes 😉 ), et varient en fonction de l’humeur du coach. Pendant 30 à 45 minutes, vous réalisez une série d’exercices variés avec pas ou très peu de temps de récupération.
Mon circuit training -réalisé en binôme- mêlait boxe et renforcement musculaire. Il comprenait des tirages dos et squat jumps avec TRX, de la battle rope, des kicks avec patte d’ours et des directs sur sac de frappe; Un programme très complet donc, qui ne m’a pas ménagée !

Pilates
Le Pilates est une méthode de renforcement des muscles profonds, responsables de la posture. Ils constituent le centre d’énergie du corps, qui permet d’être plus fort et plus stable. Nous avons eu un super cours sur tapis (= sans matériel) pour revoir tous les fondamentaux de la méthode.

Randonnée
Pendant 3h, vous partez à la découverte de beaux sommets qui permettent de profiter de superbes panoramas sur les massifs environnants. Christophe, accompagnateur de montagne et yogi passionné, nous a fait marcher dans les pâturages, et nous a présenté certaines plantes médicinales et culinaires. C’est sûrement l’une des activités que j’ai préféré, car j’aime beaucoup allier sport, nature et découverte. 🙂

Swissball
Le Swissball est une grande balle en vinyle qui permet d’effectuer des exercices en instabilité. L’entraînement sur des appuis instables sollicite un niveau d’activité musculaire plus élevé et optimise la collaboration des muscles stabilisateurs et des muscles moteurs. Je vous avoue que cette session a été vraiment difficile pour moi. Néanmoins, il n’y a pas plus efficace pour travailler le centre du corps !


Bien-être

Faute de temps, je n’ai pas pu tester certaines offres  programme : le massage relaxant, le cours de yoga, et l’ostéopathie, etc.

Ostéopathie
L’ostéopathie est une méthode de soins qui s’emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures composant le corps humain. Elle prévient et soigne de nombreux troubles physiques et agit également aux plans nerveux, fonctionnel et psychologique. Elle aide chacun à gérer, de manière responsable et autonome, son “capital vie” pour un mieux-être au quotidien.

Hammam
La ferme dispose d’un Hammam. Le hammam est particulièrement recommandé après une activité sportive. Il procure une relaxation intense qui va détendre les muscles, soulager les courbatures et douleurs ligamentaires. Allongé(e) sur une grande pierre légèrement chaude, vous profitez d’un bain de vapeur prolongé.


Nutrition

La cuisine signature QUINTESSENCE est à 80% végétalesans gluten, sucre raffiné ni alcool (sans lactose sur demande). Les menus sont faits maison et élaborés à partir d’ingrédients de saison, frais, sains et de premier choix.

 

Informations pratiques

Quand ? Quintessence Retreats a lieu -pour le moment- deux fois par an ! Pour connaître les dates du prochain séjour, je vous invite à faire un tour ici. 😉

Où ? Cette année, Quintessence Retreats a élu domicile à côté de Megève, dans les Alpes françaises.  De manière générale, il s’agit toujours de lieux beaux et luxueux, qui invitent au voyage et ravivent l’énergie vitale.

Le prix ?
Plusieurs formules sont proposées :
SEMAINE en pension complète incluant toutes les activités, le logement, un massage, une séance de coaching personnalisée et l’atelier cuisine.)
COURT SÉJOUR
→ Journée POP-IN 8h-18h (sans hébergement).

Vous trouverez tous les tarifs en fonction de la formule et du type de chambre qui vous conviennent, sur le site de Quintessence. 😉 Pour plus de renseignements ou du « sur mesure », je vous invite à contacter Christine et/ou Thibault à cette adressecontact@quintessence-retreats.comcontact@quintessence-retreats.com.

A noter qu’il s’agit d’une offre haut de gamme ! C’est un très très beau cadeau à offrir à un(e) ami(e), l’être aimé, ou tout simplement à votre corps (après une grossesse, une période de stress, etc. ?) ! C’est une façon de le remettre sur les rails et/ou de lui dire merci ! 😉


Mon avis

J’ai passé trois jours formidables avec toute l’équipe Quintessence Retreats ! Je suis revenue à Paris plus sereine, mieux dans ma peau (j’ai dégonflé un peu) et enthousiasmée par mes nouvelles bonnes résolutions : réduire un peu les quantités de nourriture à chaque repas, travailler un peu plus ma résistance musculaire (même si cela est compliqué avec le triathlon)…

A noter également que je suis revenue avec quelques courbatures ! En effet, il est important de préciser que le concept Quintessence doit être considéré comme un « Boot Camp de luxe ». Qui dit « Boot Camp » dit « intensité », même si cette dernière est adaptée à votre niveau ! Les journées commencent très tôt (= 7h) et comprennent au moins 4h de sport/d’activités. 😉

A très vite, Christelle ♥

*Article écrit en collaboration avec Quintessence Retreats. Merci à toute l’équipe (Thibault, Christine que je n’ai pas eu la chance de rencontrer, Kevin pour l’accompagnement sportif, Emma pour ses recettes saines et gourmandes…) pour ce séjour « sport et bien-être » de rêve  ! 

Vous aimerez aussi :
Thalasso au Sofitel Quiberon Thalassa Sea & Spa
La Vie Aquatique

Running Sports

Pluie : quelle veste choisir ?

12/08/2017

Si vous habitez Paris et que vous ne prévoyez pas de partir cet été, cet article est fait pour VOUS ! 😀 Trêve de plaisanterie, je ne pense pas avoir connu un été aussi tristounet depuis des années. 🙁 Je ne me plains pas, car j’ai la chance de partir assez souvent au soleil, mais quand même…! Je trouve vraiment dommage de ne pas pouvoir profiter des « beaux jours ». La saison estivale, c’est le moment où la motivation est à son paroxysme : il fait beau, on dévoile un peu plus son corps, et on a le souhait de bouger plus. Toutefois, ce mois d’août -parisien- me donne plutôt envie de boire un chocolat chaud sous la couette !

Néanmoins, cette météo capricieuse m’a inspiré quelques idées d’articles, dont celle de rédiger un billet sur les vestes de running coupe-pluie. Même si courir sous la pluie n’est pas aussi excitant que lorsqu’on avait 10 ans, il n’est pas question de renoncer à sa passion pour quelques gouttes !

Comme en hiver, courir sous la pluie nécessite un équipement adapté. Exit donc, le vieux Kway qui vous fera suffoquer en quelques foulées ou la jolie veste de running dans laquelle vous avez investi pendant les soldes, toutes les vestes ne sont pas adaptée à la lutte contre la pluie. Aujourd’hui, je vous propose donc un petit guide pour vous aider à choisir LA veste qui vous aidera à « fouler » les petites et grosses averses. 🙂

Qu’est-ce qu’une veste de pluie ?

Imperméable et coupe-vent, la veste de pluie protège de la pluie et évite les déperditions de chaleur dues au vent. Elle doit aussi évacuer la transpiration sous forme de vapeur d’eau. Néanmoins, la protection thermique d’une veste de pluie étant très faible, il faudra -par temps frais- vous équiper d’une polaire.
Le choix d’une veste imperméable se fait en fonction de 3 critères : le niveau d’imperméabilité souhaité, la température extérieure (hiver ou été) et l’intensité de votre effort (court ou long).

L’imperméabilité
Certains produits affichent leurs caractéristiques d’imperméabilité et de respirabilité sur leur étiquette. Les autres les détaillent généralement sur leur site Internet. L’imperméabilité se mesure en Schmerber (ou mm), unité définie par la norme EN 20811 (ISO 811). En fonction du niveau de protection dont vous aurez besoin, vous avez le choix entre différents types d’imperméabilité. Certaines marques comme Décathlon on fait le choix de faciliter le notre en notant chaque veste sur une échelle de 1 à 5 : plus la note est élevée plus la veste est imperméable. N’hésitez pas à  consulter les sites avant de craquer ! 😉

L’intensité de l’effort
Plus l’intensité est forte, plus vous allez transpirer… Dans ce cas, vous aurez besoin d’une veste ventilée. On parle de ventilation mécanique, lorsqu’il y a un zip de ventilation. Ces derniers sont généralement placés sous les bras, mais certaines poches ont également un filet qui facilite l’évacuation de la transpiration.

Quelles différences entre Softshell et Hardshell ?

« Hardshell » et « Softshell » désignent deux grandes catégories de veste de protection.

Veste Softshell
Sous cet anglicisme que l’on peut traduire par « coquille douce », se dessine un type de veste censé remplacer le duo polaire et veste de pluie. Ainsi, les softshells offrent à la fois une protection coupe-vent et déperlante résistant à une pluie fine pendant 30 à 40 minutes, doublée d’une polaire intérieure pour fournir un petit apport thermique. Certaines renferment tout-de-même une membrane les rendant imperméables !

Veste Hardshell
Une Hardshell est une veste de protection imper-respirante, c’est-à-dire imperméable et respirante. Elle est conçue pour vous protéger des intempéries ! Littéralement « carapace dure » en français, elle offre une protection renforcée contre la pluie, la neige, la grêle et le vent.

Si vous voulez mon avis,  privilégiez la Hardshell; Prenez-la une taille au dessus de manière à la porter en dernière couche ! 😉

En résumé, privilégiez une veste light (= légère), imperméable plutôt que déperlante (La pluie finit par passer !), coupe-vent et respirante.

Pour finir, je vous propose de découvrir mes vestes 3 coups de coeur, testées et approuvées en situation. 🙂 Attention je vous préviens, une veste de pluie est un investissement ! Fort heureusement, 2 vestes sur 3 sont soldées ! 😉

Photos : Mehdi Têtard

Je porte : Veste Softshell 3L Vision L0 Odlo (soldée !)

Mon avis :
Il s’agit d’une veste Softshell, donc très douce, confortable et avec quelques grammes de plus que ces consoeurs. Je l’ai portée pendant le Odlo High Trail Vanoise 2017. Bien pensée jusqu’au bout des manches, elle m’a apporté une bonne isolation thermique et une protection contre le vent de haute montagne !


Les détails qui comptent au moment de l’achat

Le poids
Partant du principe qu’il est toujours possible d’enfiler une polaire sous votre veste par temps frais si cette dernière est un poil légère, je vous assure que « le poids plume » est un atout de taille, surtout lorsqu’il pleut beaucoup et que votre sortie est longue !

Le col et la capuche
Les col est -selon moi- LE point à surveiller, car c’est une source de frottement sur une zone de peau assez sensible et une voie d’entrée privilégiée pour l’eau de pluie. La capuche est également un détail important… Privilégiez la capuche « cagoule » assez large, détachable ou fixe, mais qui peut être rangée dans le col, qui remonte bien jusqu’au nez, et ajustable par des liens de serrage. Un bon réglage permet à la capuche de suivre les mouvements de la tête. N’oubliez pas de penser à tous ces détails lors de l’essayage. 😉

Les poignets
A mon avis, il vaut mieux privilégier les poignets réglables à l’aide d’un velcro (qui permet de bien serrer les manches) ou d’élastiques.

Les poches
Ah les poches ! Trop petites, elles deviennent inaccessibles aux mains gantées. Mal placées, elles se révèlent inutiles, etc. Le mieux est de partir de l’usage que vous ferez de votre veste : des poches au niveau des bras pour les clés, de grandes poches à portée de main pour un téléphone… Par ailleurs, veillez bien à ce que les fermetures de vos poches soient étanches. 😉

Courrez-vous lorsqu’il pleut ?
Est-ce que cet article vous a aidé ?

A très vite, Christelle ♥

Je porte : Veste One Lady Gore-Tex Shakedry™ Running

Mon avis :
LA veste de running PARFAITE à avoir dans son dressing ! Il s’agit d’une veste de running révolutionnaire, réalisée en laminé GORE-TEX® Active ultra-léger et respirant. Lorsqu’il pleut, l’eau perle à la surface et il suffit de secouer légèrement le vêtement pour qu’il redevienne sec, c’est pour vous dire !

Petite sélection :

Je porte : Veste Outdry Ex Gold Tech Shell (soldée !)

Mon avis :
Il s’agit d’une veste Hardshell, donc 100 % imperméable et résistante aux intempéries (pluie, neige, grêle et vent). La capuche tempête intégrée réglable, les coutures étanches, le galon sur les coutures externes et la base et les poignets contrecollés garantissent une protection maximale. Je la porte pour courir, mais aussi lorsque je pars en randonnée ! 😉

Vous aimerez aussi :
Ceramicool : rester au frais pendant l’effort

Spartan Race : comment s’équiper ?

Les sous-vêtements de sport : l’astuce anti-froid

Bien-être Fitness Running Sports Voyages

Quelle est ma Nature (sportive) ?

01/05/2017

Le sport n’a pas toujours été « une seconde nature ». J’ai passé ma jeunesse à chercher LE sport qui me ferait vibrer. J’ai commencé par la danse classique, puis j’ai tenté la natation, et le power yoga…, mais rien n’y faisait; Au bout de quelques temps de pratique, dès que les choses me paraissaient plus simples, j’abandonnais. L’abandon peut sembler « antisportif » ou du moins contraire aux valeurs (excellence, amitié, respect, etc.) du Sport, mais ne vous fiez pas aux apparences : être sportif c’est d’abord trouver sa véritable nature ! Aussi, lorsque Merrell m’a proposé de partager ma nature sportive avec vous, j’ai tout-de-suite dit OUI. 🙂

Comment trouver sa nature sportive ?

L’expérience m’a montré que nous comprenons -véritablement- notre nature en lui résistant ! Etre sportif, c’est avant tout trouver ce que l’on n’est pas venu chercher. Parfois, il faut savoir sortir de sa zone de confort, affronter ses peurs et angoisses, tout donner. D’autres fois, il faut être patient, arriver à dompter ses qualités et travailler ce qui nous fait défaut. Pour trouver sa nature sportive, il faut essayer, échouer, re-tenter, tout changer, se diversifier. Oscar Wilde disait que le « but de la vie est le développement personnel. Parvenir à une parfaite réalisation de sa nature, c’est pour cela que nous sommes tous ici ». Trouver sa nature (sportive), c’est tout simplement apprendre à se connaître.

Pourquoi je fais du sport ?

Pour moi, le sport est devenu une nécessité. Il me permet de jouir de l’association saine d’un corps, d’un esprit et d’une volonté solides. Toutefois, comme je le mentionnais plus haut, je n’ai pas toujours aimé le sport. Au début, je l’ai subi. Et puis, je ne sais plus pour quelle raison, j’ai eu envie d’essayer le Kick-boxing. Ce sport m’a permis de découvrir ma vraie nature !
Lorsque j’ai commencé, je cru mourir. L’entraînement d’1h30 mêlait cardio (beaucoup de cardio !), entraînement technico-tactique, et renforcement musculaire façon Boot Camp. A chaque fois, je laissais ma sueur, mon coeur et mon corps entier dans la salle. Je me sentais faible au point de ne plus pouvoir bouger, je perdais constamment. Le Kick-boxing m’a donné le goût de l’effort, m’a appris la patience et a conforté ma soif d’apprendre. Lorsque je suis fatiguée ou un peu moins motivée j’aime me rappeler pourquoi je fais du sport.

♥ Je fais du sport pour DECOUVRIR. Il n’y a rien de plus stimulant -pour moi- que l’apprentissage. D’ailleurs, j’ai toujours choisi des métiers (journaliste, blogueuse et coach sportif) de curiosité et découverte du monde, des autres, du corps humain, etc. L’apprentissage d’une activité me permet de tester mes limites, ma volonté. Je suis donc de nature curieuse, humaniste (petite référence à Montaigne et sa quête de l’Absolu 😉 ); J’aime apprendre le plus possible des autres et de moi-même. Dans le sport et dans la vie, ce n’est pas la finalité d’une chose qui est importante, mais plutôt les étapes.

Je fais du sport pour REVER. Faire du sport au quotidien c’est aussi « se prouver jour après jour » que TOUT est possible. La seule limite, c’est celle que l’on veut bien s’imposer. Aujourd’hui, après avoir connu la maladie (j’ai la Maladie de Crohn), après une reconversion professionnelle pas évidente, après avoir affronté pas mal de peurs, j’ose -enfin- rêver grand. J’ai envie de vivre de nouvelles aventures sportives épiques ! Cette année, j’aimerais bien m’essayer au trail, bien plus stimulant que la course à pied en milieu urbain. Je rêve d’océans, je rêve de montagnes, de beaux paysages avec lesquels je peux être en communion le temps d’une épreuve sportive.

♥ Je fais du sport pour EXPLORER. Je crois que le sport est un révélateur de personnalité. Il m’a permis de comprendre que j’étais de nature plutôt généreuse; J’aime donner, transmettre, partager. A chaque entraînement j’explore mes limites, je me prépare physiquement et mentalement à sortir des sentiers battus le jour J.

Quelle est ma nature sportive ?

Aristote disait que « le spectacle de la Nature est toujours beau » ! Aujourd’hui, à l’aube de la trentaine, j’adhère totalement à cette idée. A Paris, la Nature me manque cruellement et de plus en plus. Il faut dire que j’ai passé les 18 premières années de ma vie dans un « petit paradis sur pilotis » (Nouvelle-Calédonie). Aussi, dès que j’en ai l’occasion, je m’évade. En ville, je cherche constamment à me mettre au vert le temps d’un run ou d’une pause goûter. Et lorsque je voyage, j’aspire à l’authenticité simple et pure. Il peut s’agir d’une longue balade en bord de mer pour chasser les premiers/derniers rayons du soleil, ou d’une randonnée « sportive »pour trouver un point d’eau/un point de vue, etc. Je peux faire toutes ces choses grâce au sport, car le sport est dans ma nature  !

Et vous ? Pourquoi faites-vous du sport ?
Quelle est votre nature sportive ? #HerNature

Bonne Fête du travail et à très vite !

Christelle ♥

Photos : Mehdi Têtard

Je porte : Chaussures de Randonnée Moab FST Gore-Tex Merrell

Je porteChaussures de Trail Running Agility Peak Flex Merrell

Je porte : Sandales Terran Lattice II Merrell

*Article sponsorisé.

Vous aimerez aussi :
Les valeurs du sport

Nouvelle-Calédonie Voyages

L’Ile des Pins

26/02/2017

Je sens que le dimanche va devenir mon nouveau « jour préféré » (après le #happylelundi 😀 ) !

Je ne sais pas vous, mais personnellement j’adore vous retrouver en fin de semaine pour une paranthèse « voyage » à la découverte de mon pays, la Nouvelle-Calédonie. Cela me fait un bien fou de me re-plonger dans ces moments passés à l’autre bout du monde, en famille, et loin de tout !

Aujourd’hui, je vous présente l’Ile des Pins, un petit paradis qui -je suis sûre- ne vous laissera pas indifférent(e)s ! 😉

Située dans le sud de l’archipel de la Nouvelle-Calédonie, l’Ile des Pins est un véritable joyau naturel, au point qu’on l’a surnomme « l’île la plus proche du paradis » ! 🙂 Kunie, comme l’appellent les Mélanésiens, est bordée de baies paradisiaques et de lagons turquoise. Néanmoins, elle est également connue pour ses grottes préhistoriques et ses peintures rupestres. Promenade en pirogue, baignade, plongée sous-marine, randonnée…, vous allez en prendre plein les mirettes.

N’hésitez pas à relire les articles ci-dessous :
Nouvelle-Calédonie : Poe Beach
Nouméa : les pieds dans l’eau…
Îlots du bout du monde

Pour rejoindre les différentes îles (Ile des Pins, Maré et Lifou et Ouvéa) qui entourent la Grande Terre, plusieurs possibilités s’offrent à vous en fonction de votre budget. Nous avons choisi le Betico 2, un grand catamaran qui effectue jusqu’à 3 rotations par semaine pour se rendre à l’île des Pins. Assez rapide (2h30), il reste le moyen le plus économique pour rejoindre les Iles Loyautés. Par ailleurs, il propose une formule « Ile des Pins Day Trip » (départ à 7h et retour à 19h30) ! 😀

A FAIRE / A VOIR 

Se Baigner « presque seul(e) au monde » dans la Baie de Kuto. Il s’agit de la première baie que vous découvrez en arrivant sur l’île des Pins par le Betico 2. La Baie de Kuto offre un véritable paysage de carte postale ! N’hésitez pas à y rester jusqu’à la fin de la journée, le coucher de soleil est vraiment sublime !

Pique-Niquer sur la Baie de Kanumera. Impossible de louper l’imposant « Rocher Tabou » qui coupe en deux la crique ! Le Rocher tabou, fait de corail gris, est relié à la plage par un banc de sable blanc. Pour la rejoindre depuis la baie de Kuto, vous pouvez suivre la route ou passer par un sentier à côté de l’hôtel Kou-Bugny. Vous traversez alors une petite forêt sèche aux arbres majestueux. 😉

Faire le plein de fruits, légumes et poissons locaux à la Halle du Marché de Vao. Il se tient tous les mercredis et samedis de 6h à 11h (Arrivez tôt !).

Gravir le Pic N’Ga (à 262m d’altitude) et prendre de la hauteur pour admirer le lagon et les îlots qui entourent l’île. Depuis la baie de Kuto, prenez la route qui mène à Vao. Puis, à la première intersection, tournez à gauche vers le Nord… Un peu plus loin après la station essence, un panneau vous indique le départ du sentier pour le Pic N’Ga.

N’étant de passage que pour une seule journée -cette fois-ci-, nous n’avons pas pu tout faire / voir. Mais je vous conseille vraiment d’aller nager dans la Piscine Naturelle (Un endroit magique et unique au monde : un bassin d’eau turquoise limpide à l’abri de l’océan), de faire un tour de Pirogue « traditionnelle » au départ de la Baie de Saint-Joseph (Vous pourrez peut-être nager avec les tortues !), de visiter la Grotte de la Reine, etc.
Quant aux logements, il y en a pour tous les goûts et budgets (séjour en tribu, gîte, hôtel 3 étoiles, Le Méridien, etc.). En revanche, sachez que visiter la Nouvelle Calédonie sans séjourner chez l’habitant reviendrait à passer à côté d’une expérience incontournable. Ce sont les calédoniens qui font la Calédonie ! 😉

J’espère vous avoir fait voyager un peu, souffler et rêver beaucoup avec cet article…

Belle soirée, Christelle ♥

Photos : Mehdi Têtard & Moi ♥

Je porte :
Photo 8 : Maillot de bain (haut et bas) Rip Curl + Capeline Billabong
Photo 14 : Kimono Billabong
Photo 18 : Robe Imprimée Volantée Mango

Vous aimerez aussi :
Nouvelle-Calédonie : Poe Beach
Nouméa : les pieds dans l’eau…
Îlots du bout du monde