Browsing Tag

quotidien

Fitness Sports

Mon Training Diary #3

18/10/2015

Ma formation* bat son plein. Aujourd’hui, la rentrée me semble si loin ! J’ai l’impression de courir après le temps que je n’ai plus, et que je n’aurai définitivement pas. Les jours s’envolent, l’hiver approche, les examens aussi, les devoirs s’accumulent, la routine s’installe… Le passage de l’été indien à l’automne est assez difficile à gérer. C’est le moment où le corps doit faire face et s’adapter à de nombreux changements; Il est plus fragile, moins réceptif, moins résistant à l’effort. J’ai pu m’en rendre compte lors des 10KM Paris Centre (cf mon article Les 10KM Paris Centre 2015)… Après une semaine bien remplie -et surtout très sportive-, je n’arrivais plus à mobiliser mon corps/ce qu’il me restait d’énergie ! Bref, depuis 2 semaines, le rythme de la formation s’intensifie.

Le matin, je suis toujours à l’école… Pour 4 heures de théorie (physiologie, méthodologie de l’entraînement, anatomie, etc.), ou de pratique (renforcement musculaire, stretching, musculation, etc.). J’aime beaucoup cette façon de penser l’enseignement. Chaque semaine, je vois un petit bout de quelque chose qui ne me dit rien au début, et ce « petit bout » imbriqué aux autres savoirs/matières, devient logique. Cela me pousse à me poser les bonnes questions, à éveiller ma curiosité, etc. Et puis, je me rends bien compte désormais, que tout est relié. Établir un programme d’entraînement, c’est connaître le rôle, mais aussi le fonctionnement et l’organisation mécanique du corps lors de l’effort (l’adaptation du corps à l’exercice). En revanche, je dois passer énormément de temps à revoir mes cours, et à réviser en « live » (répéter un cours que je vais donner par exemple). Mais le jeu en vaut la chandelle ! Le corps est une machine parfaitement imparfaite, tellement passionnante ! C’est un vrai plaisir d’apprendre à se comprendre; Parce qu’en perçant les secrets de mon corps, je comprends mieux ce qu’il veut me dire parfois (coup de mou, blessure, etc.).

L’après-midi, je rejoins ma salle de sport, pour donner des cours et -toujours- mettre en pratique le savoir qui m’a été transmis le matin. Lorsque je franchis le seuil de mon club, j’ai l’impression de rentrer sur scène ! Je mets de côté ma fatigue, mes problèmes, mes besoins, pour prendre soin des mes adhérents « chéris ». C’est tellement gratifiant d’apporter du bien-être aux autres, et de lire l’euphorie/le plaisir/la joie sur les visages à la fin d’un cours ! Je suis fan de ce métier ! C’est vrai quoi… C’est l’un des seuls métiers, dont le but est d’apporter de la motivation, du bien-être, de l’énergie. La salle de sport, c’est une « parenthèse positive » où l’on apprend à s’aimer et à prendre soin de soi. Et je suis vraiment fière de pouvoir aider les autres à se sentir bien !

En revanche, le chemin est long pour apprendre à « faire apprendre » ! Il faut passer par des étapes plus ou moins difficiles, échouer -à de nombreuses reprises-, recommencer, et savoir accepter les critiques, pour recommencer et s’améliorer. Je me rappellerai toujours de mon premiers cours ! Il s’agissait d’un cycling (= cours de vélo en salle)… J’étais tellement stressée, que je n’arrivais pas placer mon micro. D’ailleurs, je n’ai pas réussi à allumer la sono ! 😀 J’ai dû appeler ma responsable pour qu’elle me montre, et je sentais tous ces regards tournés vers moi. « Elle est nouvelle, et ça se voit ! », « On vient de perdre 5 minutes de cours », etc. J‘avais peur de ne pas être à la hauteur, d’être essoufflée, de les décevoir, de ne pas arriver à tenir l’effort tout en parlant. Et puis, je m’en suis remise à mes points forts. J’ai enchaîné les blagues (j’adore les jeux de mots et autres), j’ai ri toute seule, j’ai « imposé mon style » comme disent certains. Une fois le cours fini, j’étais à la fois apeurée et fière de mon travail; J’avais bossé sur la playlist et les chorégraphies pendant des heures (D’ailleurs, n’hésitez pas à me dire si vous voulez que je publie mes playlists « cycling » !). En rentrant chez moi, l’adrénaline est redescendue; j’avais mal partout et j’étais éreintée… 😀 Aujourd’hui, je commence à avoir mes « habitués ». Ils savent que mon cours est très très très 😀 cardio, et il viennent se dépasser en pédalant avec moi.

La morale ? En fait, il y en a deux. La première est, qu’être coach sportif, c’est faire passer les autres avant soi. Aujourd’hui, je suis plus heureuse de voir mes adhérents réussir un handstand, que lorsque je bats l’un des mes records personnels ! Et, être coach sportif, c’est aussi se remettre en question chaque jour ! Je pense qu’avec ces deux qualités, il est possible de devenir un BON éductateur sportif, même si cela ne suffit pas !

Je vous embrasse très fort mes beautés, et je vous donne rendez-vous dans deux semaines, pour un nouveau volet de Mon Training Diary ! ♥

xx. ◊ Christelle

*Piqûre de rappel pour ceux/celles qui nous rejoignent… 😉 Cette année, j’ai décidé de reprendre mes études, et de suivre une formation de 11 mois (BPJEPS AGFF = brevêt Professionnel des activités gymniques de la forme et de la force) pour devenir coach sportif. À la clé, un diplôme me permettant de dispenser/d’encadrer/d’animer des cours collectifs et de coacher sur un plateau de musculation/en extérieur, etc. En somme, il s’agit d’une petite parenthèse « sportive » de 11 mois, et dont vous pouvez découvrir les détails ici !

Je porte: Sweat à Capuche BodyTalk – Maillot de Running Dri-Fit Cool Breeze Nike – Collant Casall Sculpture – Chaussures de Training Free TR Breathe Nike.

Vous aimerez aussi :
Mon Training Diary #2
Mon Training Diary #1