Voyages

Road Trip dans les Pouilles

19/08/2019

Je crois que c’est la première fois que j’écris un compte-rendu de voyage aussi vite ! Il faut dire que vous avez été nombreux/ses à me demander des conseils rapidement; La destination est tendance cet été ! 🙂

 Pour être honnête avec vous, j’ai vraiment adoré ce séjour à arpenter les routes du talon de la botte italienne. On retrouve dans la région des Pouilles tout le charme de l’Italie : l’exubérance des habitants, la dolce vita, l’ambiance joyeuse dans les bars et festivals, et aussi un mode de vie ancestral au travers des trulli, et de la gastronomie simple et savoureuse transmise de génération en génération.
D’un autre côté, la région offre une nature sauvage et variée, protégée par de nombreux parcs et parcourue de sentiers millénaires. Sur la côte Adriatique, j’ai découvert des criques cachées, grottes, longues plages bordées de pinèdes et falaises escarpées d’une blancheur éclatante. Dans l’arrière pays, j’ai été subjuguée par les collines de calcaire des Murges, les vignobles et plaines fertiles mêlant oliviers et amandiers… Bref, c’était vraiment le séjour dont j’avais besoin pour souffler et recharger mes batteries !


Le parcours

Jour 1 Vol Paris-Brindisi / Ostuni
Jour 2 Ostuni / Cisternino / Costa Merlata
Jour 3 Ostuni / Polignano A Mare / Locorotondo
Jour 4 Locorotondo / Alberobello / Manduria
Jour 5  Manduria / Lecce
Jour 6 Manduria / San Pietro in Bevagna / Casarano
Jour 7 Casarano / Torre San Giovanni / Gallipoli 
Jour 8 Casarano / Tricase Porto/ Roca Vecchia (Grotta della Poesia) / Torre dell’Orso / Vol Brindisi-Paris


Bonne lecture #teamactivre !

A très vite, Christelle ♥

 


Les villes à ne pas manquer

♥♥ Ostuni
La vieille ville d’Ostuni, perchée sur ses 3 collines, semble veiller sur vaste plateau recouvert d’oliviers de la Murgia inférieure ! Elle possède un charme tout particulier grâce à ses maisons blanchies à la chaux, d’où la ville tire son surnom de « ville blanche » ses ruelles médiévales étroites, ses petits passages et ses escaliers, où il est délicieusement facile d’y perdre ses repères. La ville se parcourt à pied : on grimpe, on redescend, on découvre de jolies boutiques, et l’on a envie de s’arrêter manger à chaque coin de rue. La Place centrale, Piazza della libertà est, quant à elle, complétement différente des ruelles, jeune, vivante, elle est le cœur de la ville ! 
À faireLes points de vue d’Ostuni sont eux-mêmes une raison suffisante pour s’y arrêter en journée et le soir ! Après une visite au petit matin (avant l’arrivée de la chaleur), revenez de nuit déambuler dans les rues animées, et goûter à la cuisine raffinée de Dish Restaurant.
> Dish Restaurant – 37 Corso Vittorio Emanuele II, 72017 Ostuni (18h à 00h) <

→ Alberobello
Alberobello -classée au patrimoine mondial de l’Unesco- est l’une des belles cartes postales des Pouilles. Célèbre pour ses quartiers de trulli (habitation au toit conique construit à l’époque par les fermiers dans les champs), elle se répartit en deux petites buttes qui se font face : le Rione Monti (1000 trulli, soit la partie touristique) et le Rione Aia Piccola (400 trulli, et qui sert encore à l’heure actuelle de quartier d’habitation). Pour être honnête, la visite est en partie gâchée par le monde, et la plupart des trulli ont été transformés en boutiques de souvenirs attrape-touriste. Si vous voulez un peu plus de tranquillité, venez tôt le matin ou tard le soir, quand tous les touristes sont en train de dîner.
À faire : Laissez l’agitation de la ville en allant déguster une petite glace à la Gelateria Gentile. L’accueil n’est pas le plus sympathique, mais les glaces sont excellentes, et les goûts de saison et plutôt originaux (figue, réglisse, melon, etc.). Perdez-vous ensuite dans le Rione Aia Piccola, et laissez-vous charmer par la vie locale.
Gelateria Gentile – 4 Via G. Carducci, Alberobello (10h à 22h30, sauf le lundi) <

♥♥ Cisternino
Située sur une terrasse calcaire des Murges du sud-est, la petite commune de Cisternino domine -avec ses 393 mètres d’altitude- la Vallée d’Itria. Le vieux centre-ville, extrêmement charmant, est resté quasiment intact pendant des siècles : maisons blanchies à la chaux, ruelles étroites et ombragées ponctuées de pélargoniums, une élégante piazza centrale, des décors en pierre et des escaliers qui s’ouvrent sur une série de panoramas d’où il est possible d’admirer la campagne environnante. En août, Cisternino fête l’été avec une série de festivals, dont les processions de la Festa di San Quirico (l’un des saints patrons de la ville) et deux festivals culinaires.
À faire : Arrêtez-vous chez Micro pour un en-cas rafraichissant healthy et vegan. Tout est fait maison avec amour, et la carte change chaque jour !
Micro – 53 V. Santa Lucia , Cisternino (10h30 à 15h et 18h à 23h30, sauf le mardi) <

♥♥♥ Locorotondo
Locorotondo est un petit village enroulé sur lui-même (il a été construit sur un plan radiaire, d’où son nom « rotondo ») épousant les contours tout en courbes de la colline sur laquelle il est érigé. Ce n’est donc pas un hasard si Locorotondo est connue comme le « balcon de la Vallée d’Itria » ! Le centre historique est l’un des plus charmant de toute la région : maisons blanchies à la chaux, ruelles fleuries, escaliers dérobés, etc. Locorotondo est, en outre, beaucoup plus préservé du tourisme de masse que sa voisine Alberobello. Pourtant, c’est là que se trouve le plus grand nombre de trulli.
À faire : Après une heure ou deux à déambuler dans les ruelles, essayez u tridde, la spécialité de Locorotondo composée de pâtes fraîches préparées avec du fromage pecorino et du persil finement haché, le tout cuit dans un bouillon de dinde. 

Polignano a Mare
La « perle de l’Adriatique » telle qu’elle est surnommée, située sur un rocher calcaire -de 25 m- peu à peu érodé par les vagues, est littéralement au-dessus des flots. Polignano a Mare est surtout célèbre pour sa plage, nichée en pleine ville dans une petite anse (« Cala Porto ») dominée par des maisons. En août, il est presque impossible d’y poser sa serviette… 
À faire : Rejoignez le minuscule centre-ville accessible via la Porta Vecchia, et perdez-vous dans le labyrinthe de ruelles jusqu’à atteindre l’une des trois terrasses panoramiques aux vues à couper le souffle sur la mer Adriatique et le littoral. Puis, arrêtez-vous pour un déjeuner « green » chez Mint Cucina Fresca (le chef est pâtissier !). Avant de repartir, n’oubliez pas de goûter aux délicieuses glaces de Gusto Caruso ! 
> Mint Cucina Fresca – 32 V. San Benedetto, Polignano a Mare (12h30 à 14h30 et 19h à 22h, sauf le lundi) <
> Gusto Caruso – 3 Via Martiri di Dogali, 70044 Polignano a Mare <

Lecce
Surnommée « la Florence du Sud », Lecce est un véritable trésor baroque à la couleur miel, fleuri, exubérant et extrêmement détaillé. Ici il faut lever les yeux, s’attarder sur la place de la cathédrale ou devant l’amphithéâtre, devant les nombreux palais et regarder tous les vestiges du Moyen-Âge, les balcons en fer forgé qui côtoient des sculptures baroques exubérantes ça et là. Je n’ai pas été vraiment sensible à l’âme de Lecce, car nous y sommes allé un dimanche et tout était fermé. J’ai eu l’impression de visiter une ville musée, désertée.
À faire : Arrêtez-vous à la Gelateria Martinucci pour goûter au « pasticciotto leccese », une petite tourte à la crème souvent déclinée en plusieurs parfums. Pour une expérience complète, dégustez-la avec un « caffé leccese » (un espresso noir sucré au sirop d’amande et des glaçons) !
> Gelateria Martinucci – 7 Via Salvatore Trinchese, 73100 Lecce (8h30 à 1h) <

♥♥♥ Gallipoli
Ce petit port de pêche divisé en deux parties (vieille ville et nouvelle ville) signifiant « belle ville » en grec, semble flotter sur la mer ionienne. La vieille ville perchée sur un promontoire rocheux, presque entièrement entourée de remparts, est une île accessible par un pont érigé au XVIIème siècle. Durant les mois d’été, cafés, bars et restaurants se multiplient sur la « passeggiata » (promenade du front de mer) pour servir crustacés et poissons frais face à la mer, au coucher du soleil. 
À faire : Après une halte à la jolie Spiaggia della Purita (plage en contrebas de la vieille ville), arrêtez-vous au port de pêche pour observer les va-et-vient des barques et les pêcheurs démêler leur filet. Puis, laissez-vous perdre dans les ruelles de la ville, avant de prendre un apéro iodé chez AMU Fish Restaurant & Store. Il y a deux autres restaurants excellents dans la région : le Macàre et la Farmacia dei Sani (mon préféré de tout le séjour !).
> AMU Fish Restaurant & Store – 9 Riviera Armando Diaz, 73014 Gallipoli (19h30 à 00h)
> Le Macàre – 140 Via Mariana Albina, 73011 Alezio (20h à 23h) <
> Farmacia dei Sani – 14 Piazza del Popolo, 73049 Ruffano (19h30 à 23h) <


A voir / A faire

→ Visiter les superbes grottes de Castellana Grotta, qui s’enfoncent sous la bordure nord-est de la Vallée d’Itria sur près de 3 km.

→ Goûter aux spécialités culinaires de la région :  taralli (petits biscuits salés en forme de bagues assez épais, à déguster avec un petit verre avant le repas), orecchiette (pâtes typiques), primitivo di Manduria (vin rouge de la région), burrata

→ Passer l’après-midi dans la plus petite et plus tranquille crique des Pouilles à la Spiaggia Costa Merlata (à 15 minutes d’Ostuni). Il existes trois criques. Il faut marcher un peu pour trouver la seconde ! 😉

→ Se baigner dans les eaux cristallines des plages et criques du Salento : Punta Prosciutto, Porto Cesareo,San Pietro in Bevagna, Torre San Giovanni… Honnêtement, il y a tellement de belles plages qu’il est difficile de faire un choix !

→ Faire escale à Porto Tricase, un petit port de pêche où le poisson est « dit-on » le meilleur de toutes les Pouilles ! Commencez par un bain à la Piscina Naturale di Marina Serra, et commandez un poisson frais au restaurant Taverna Del Porto.
Taverna Del Porto – 121 Via Cristoforo Colombo, 73039 Tricase Porto (12h à 15h et et 19h30 à 22h45) <

→ Faire une halte à la Grotta Della Poesia, une cavité naturelle à ciel ouvert aux eaux turquoises. L’été, elle est malheureusement prise d’assaut. Si vous aspirez à plus de tranquillité, le bon plan est de vous rendre à Torre Sant ‘Andrea en suivant la route côtière vers Otranto. En revanche, ici il n’y a pas d’escaliers pour accéder à la mer, et vous devrez plonger ou escalader !



Se loger

Masseria Dagilupi
Toute jeune Masseria d’un blanc immaculé (ouverte une semaine avant notre arrivée) rénovée par un charmant couple de français, Danielle et Jean-Louis. Immergé dans la campagne, entouré d’oliviers séculaires et enveloppée d’un air pétillant et immaculé, cet ancien moulin à huile est un véritable havre de paix. Les trois chambres -que nous avons pu visiter-  sont spacieuses, design et bien équipées. Il y a des espaces de repos partout (terrasse, toit, fauteuil à l’ombre des oliviers…) et le petit-déjeuner est un rêve (healthy et avec des options sans gluten). 
Les plus ? La décoration, le wifi, la vue sur Ostuni, l’accueil, presque TOUT !

Ottolire Resort 4*
Très bel hôtel de la Vallée d’Itria, à 10 minutes en voiture du village de Locotorondo. A l’origine, s’agit d’un trulli familial entouré de vignes, reconverti en boutique hôtel avec son propre potager. Le service est parfait, la piscine un rêve et la nourriture est raffinée (petite déception concernant le petit-déjeuner quand même). Nous avons eu la chance d’être surclassés, et de profiter d’un duplex avec vue sur le domaine et la piscine ! 
Les plus ? La piscine, le cadre.
Le moins ? Le wifi un peu trop « slow »

→ Masseria Palombara Resort & SPA
Située à 2 km du centre d’Oria, la Masseria Palombara occupe une ferme du XVIe siècle encore en activité, entourée d’un parc privé de 100 hectares agrémenté d’oliviers, d’amandiers et de palmiers. Le restaurant -réputé dans la région- propose des plats succulents préparés avec des fruits et légumes cultivés sur place. Les chambres sont toutes jolies avec leur mobilier de recup’ ! Il y a également 2 piscines extérieures, une chapelle, une salle de sport et des vélos pour se balader dans le domaine. 
Les plus ? Les piscines, le cadre « Far West », la salle de sport…
Le moins ? Le wifi et le petit déjeuner trop light. D’ailleurs, veillez bien à arriver avant 10h (fin du service), car ils ne servent plus du tout à partir de 9h50 !

Villa de Donatis Charming Guest House
Charmante maison d’hôtes faisant penser à l’univers d’Alice au Pays des Merveilles (lit à baldaquin dans le jardin, pots à tomates un peut partout…), avec une vue magnifique sur Casarano; C’est un excellent point de chute pour visiter le Salento ! Donatis est une ancienne chef pâtissière… Le petit-déjeuner est donc plutôt sucré et copieux.
Les plus ? Les bonnes adresses de Donatis, l’accueil, les pâtisseries… 
Le moins ? Le wifi qui ne fonctionne ne pas du tout, et le petit déjeuner sans aucun fruit !


Informations pratiques

ARRIVÉE DANS LES POUILlES
Deux aéroports principaux desservent la région des Pouilles : Bari et Brindisi. Vous pourrez trouver de nombreux vols à destination de ces deux villes, notamment avec Transavia qui a ouvert récemment une ligne Paris-Brindisi (nous avons opté pour ce vol).

BUDGET
Tout dépend de vos envies et de la saison. Nous sommes partis en août (le prix des hôtels et locations de voitures augmentent considérablement à partir de fin juillet), et comme il s’agissait de notre seule semaine de vacances, nous avions envie de profiter de jolis endroits. Pour une belle Masseria, comptez entre 100-200€ la nuit avec le petit-déjeuner inclus.

QUAND PARTIR ?
Pour profiter de prix intéressants et éviter la foule, pensez à découvrir l’archipel au printemps (mai-juin) ou en septembre lorsque les températures sont encore clémentes.

BON A SAVOIR ?
→ Les italiens conduisent très mal ! Le clignotant est souvent une option, et les « queues de poisson » une habitude.
→ Les places de parking sont la plupart du temps payantes dans les villes : de 50ct à 2€ l’heure. prévoyez de la monnaie !
→ Le « coperto » (interdit dans d’autres régions italiennes) est imposé presque partout dans les Pouilles. Il s’agit d’un petit supplément pour la vaisselle et le service, que vous devez payer en plus de votre repas ou de votre café. La plupart du temps, il est noté en bas de page sur les menus. 😉
→ Entre 14h et 17h, c’est la « pennichella » (= version italienne de la sieste) dans la plupart des villes des Pouilles; Presque tout est fermé !


Vous aimerez aussi :
Bahamas : Grand Bahama Island
Formentera

L’Ile des Pins

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Camille Courtenvert 21/08/2019 at 111205

    Tes photos sont sublimes tout ça donne très envie de partir dans cette partie de l’Italie que je ne connais pas encore !

    • Reply lecanardivre 21/08/2019 at 110105

      Merci Camille ! <3

  • Reply Knit Spirit 21/08/2019 at 110205

    Merci pour ce super compte-rendu très complet. Tes photos sont canons. Ça donne vraiment envie de visiter cette région !!!

  • Reply Alma 21/08/2019 at 110505

    Bonjour Christelle, joli compte rendu ! Je connais bien les Pouilles que j’adore, j’y étais encore cet été d’ailleurs, et je suis « déçue » pour toi que tu n’aies pas pu voir Lecce dans toutes sa splendeur ! Pour moi c’est un immense coup de coeur, j’y suis allée à diverses périodes et je l’ai trouvée chaque fois aussi sublime…
    Quant à Alberobello, je suis entièrement d’accord avec toi, plaisir vraiment gâché par cette horde de touristes… mais quand on arrive par l’autre côté de la ville il y a moins de monde, et on découvre la ville plus tranquillement et sans boutiques touristiques, ce qui est un peu plus plaisant.
    autres coups de cœur pour ma part dans cette région : Bari, Trani, Gravina in Puglia et Matera, qui est en Basilicata à la frontière des Pouilles mais qui vaut vraiment le détour.
    En tout cas tes photos font vraiment rêver !
    Bonne soirée !
    Alma

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.