Up menu

Archive | février, 2017

Spartan Race : comment s’équiper ?

Suite à mon retour sur la Winter Spartan Race de Valmorel, vous avez été nombreux et nombreuses à émettre le souhait de participer à l’une de ces courses à obstacles ! Personnellement, je suis vraiment fan de ces courses en plein air, à courir en équipe, pour le fun et le goût de l’effort. Cela change du simple running, et je m’ennuie moins. 🙂

Dans mon dernier article, je vous avouais avoir envie de relever le challenge de la Trifecta cette année (= faire les 3 niveaux de Spartan : Sprint, Super et Beast)… Et bien justement, cette envie est en train de prendre tout doucement forme ! C’est pourquoi, j’ai pensé à une série de billets consacrés à ces courses à obstacles.

Qu’en dites-vous ?

Aujourd’hui, je commence par répondre à la question que l’on se pose tous et toutes lorsqu’on envisage de participer à une course à obstacles : « Comment BIEN s’équiper ? » 
Je sais que je ne suis pas -encore- une « spécialiste » de ces courses, mais j’ai acquis une petite expérience que je voudrais partager avec vous ! 😉 Pour que tout soir clair, j’ai différencié la Spartan Race d’été et d’hiver. Et j’ai même créé les tenues qui me paraissent idéales pour pratiquer ce type de course !

Bonne lecture, et surtout n’hésitez pas à me poser toutes vos questions ! 🙂

A très vite, Christelle ♥

Photos : Mehdi Têtard

Je porte : Brassière Spartan Pro Reebok – Haut de Compression Manches Longues Spartan Stealth Reebok – Collants 3/4 Spartan Reebok – Chaussures de Running All Terrain Super 3.0 Reebok – Gants Spartan Race Reebok – Gourde Spartan Race Reebok.

N’hésitez pas à cliquer sur le « petit carré noir » pour voir la marque et accéder au produit. 😉

Vêtements

La Spartan Race d’été n’est que boue ! Oubliez donc les vêtements clairs ou qui vous tiennent à coeur; Vous risquez fort de les jeter à la fin !

→ De manière générale, privilégiez une tenue très près du corps en matière respirante et à séchage rapide pour ne pas retenir trop l’eau et la boue. Je vous conseille un haut de running comme celui-ci, et un bas plutôt long pour protéger vos jambes des cailloux et échardes lors des sessions de ramping.
Néanmoins, certains participants préfèrent courir en short (je n’ai jamais encore essayé). Dans ce cas, prévoyez des chaussettes montantes pour ne pas vous blesser.

→ Optez pour un soutien-gorge de running, c’est à dire avec un bon maintien (surtout pour les filles qui ont une poitrine généreuse 😉 ), et SANS armatures pour éviter de se blesser sur les obstacles.

Chaussures

Je sais qu’une paire de chaussures dédiée à la course à obstacles représente un vrai investissement. Néanmoins, les chaussures de trail sont un véritable plus ! Adaptées à la course à pied en terrain accidenté, elles ont l’avantage d’avoir de bons crampons par rapport à de simples running (L’adhérence et l’évacuation de la boue ne sont pas au rendez-vous !).
S’il s’agit de votre première Spartan Race, vous pouvez enfiler votre paire de running « fétiche » avec laquelle vous avez avalé des kilomètres et leur offrir ainsi un dernier moment de gloire… 😀
Le plus important dans votre choix de chaussures est d’avoir de bons appuis et aussi de vous sentir confortable.

Accessoires

Pour passer les obstacles, il est indispensable d’être léger et de ne pas trop vous encombrer.

→ Les gants sont -pour moi- indispensables et être utiles pour protéger vos mains des cordes, cailloux, échardes, etc. Choisissez plutôt des mitaines, des gants coupés laissant le bout des doigts libres. Attention néanmoins, leur grip se perd en cas de bout et d’humidité. 🙁

→ Si vous prévoyez de porter un débardeur ou un haut à manches courtes le jour de la course, investissez dans des manchons de compression. Ces derniers favorisent la circulation sanguine et réduisent le risque de crampes et de blessures, et ils sont un véritable plus pour protéger vos coudes lors des sessions de ramping. Croyez-moi, c’est l’expérience qui parle ! 😀

→  Si l’hypoglycémie vous fait peur, n’hésitez pas à vous ramener un petit sachet de sucre ou des fruits secs, une datte, etc. Il vous suffit de glissez vos provisions dans un petit sac banane presque invisible!

→ Prévoyez d’emmener dans votre sac : un petit « kit de survie » contenant de l’arnica, des pansements pour les bleus et autres bobos, de l’eau, une serviette, deux sacs poubelle (un pour vos vêtements, un pour vos chaussures), une tenue de change, et des provisions pour vous ravitailler après la course. Un effet, si -comme moi- vous suivez un régime particulier, vous ne pourrez pas vous restaurer avec ce qui est proposé (banane et boisson énergétique).

N’hésitez pas à cliquer sur le « petit carré noir » pour voir la marque et accéder au produit. 😉

Vêtements

La Spartan Race d’hiver est loin salissante que celle d’été. Vous pouvez donc vous permettre de porter des vêtements clairs sans risquer de devoir les jeter après !

→ En règle générale, privilégiez une tenue très près du corps en matière respirante et à séchage rapide de manière à ne pas retenir l’humidité de la neige, et à ne pas attraper froid. Je vous conseille un haut de compression comme celui-ci, mais j’ai vu certains participants porter des combinaison de surf, et cela peut-être une bonne alternative.

→ Portez des sous-vêtements de sport ! Inutile de vous dire qu’il fait froid, même très froid ! Alors n’hésitez pas à enfiler une première couche qui épouse bien les formes du corps et d’une fibre thermo-chauffante et anti-transpirante. Toutefois, faites attention à ne pas sous-estimer votre thermorégulation. Le corps se réchauffe vite, car vous êtes tout le temps en mouvement. N’hésitez pas à relire cet article et celui-ci pour vous aider à choisir les vêtements adaptés.

→ Optez pour un soutien-gorge de running, c’est à dire avec un bon maintien (surtout pour les filles qui ont une poitrine généreuse 😉 ), et SANS armatures pour éviter de se blesser sur les obstacles. Pour courir la Spartan Race de Valmorel, j’ai choisi cette brassière, car assez couvrante (elle arrive sur les dernières côtes) ! 😉

→ Choisissez des chaussettes de running épaisses mais respirantes (comme celles-ci), plutôt que des chaussettes de ski. Vos pieds seront trempés dès les premières minutes; Il est donc très important de pouvoir leur donner la possibilité de sécher au plus vite ! Aussi, optez pour un modèle plutôt montant, afin de maintenir / protéger au maximum vos chevilles.
Certains participants doublent leurs chaussettes pour être sûrs de ne pas avoir froid… Personnellement, je trouve que cela n’aide pas plus !

→ N’oubliez pas de vous munir d’un cache cou pour éviter d’attraper froid lorsque vous êtes tout en haut, et que le froid s’intensifie sous le coup du vent glacé. 😉

Chaussures

Je sais qu’une paire de chaussures dédiée à la course à obstacles représente un vrai investissement. Néanmoins, ici, les chaussures de trail sont i-n-d-i-s-p-e-n-s-a-b-l-e-s ! Adaptées à la course à pied en terrain accidenté (ici il s’agit de cailloux, de neige, de verglas, etc.), elles ont l’avantage d’avoir de bons crampons par rapport à de simples running. Le terrain est glissant et dangereux !
Le plus important dans votre choix de chaussures est d’avoir des crampons, de bons appuis et aussi de vous sentir confortable. Aussi, n’hésitez pas à essayer vos chaussures avec les chaussettes que vous utiliserez le jour de la course.

Accessoires

Pour passer les obstacles, il est indispensable d’être léger et de ne pas trop vous encombrer.

→ Lorsqu’il fait froid, il faut veiller à protéger au maximum les extrémités de son corps (les pieds et les mains). Pour une Spartan Race d’hiver, je vous conseille plutôt des gants de running épais et sans trip. D’expérience, je sais que les mains souffrent beaucoup du froid, et il est important de les protéger au maximum ! Pour passer les obstacles qui nécessitent un bon grip, vous enlevez simplement vos gants le temps de l’épreuve. 😉

→  Si l’hypoglycémie vous fait peur, n’hésitez pas à vous ramener un petit sachet de sucre ou des fruits secs, une datte, etc. Il vous suffit de glissez vos provisions dans un petit sac banane presque invisible!

→ Prévoyez d’emmener dans votre sac : un petit « kit de survie » contenant de l’arnica, des pansements pour les bleus et autres bobos, et des provisions pour vous ravitailler après la course. Un effet, si -comme moi- vous suivez un régime particulier, vous ne pourrez pas vous restaurer avec ce qui est proposé (cakes, vin chaud, etc). Néanmoins, il est nutile de ramener votre couverture de survie; On vous en distribuera une à la ligne d’arrivée. 😉

Vous aimerez aussi :
La Spartan Race : On l’a fait !
La Winter Spartan Race de Valmorel
Les sous-vêtements de sport : l’astuce anti-froid

L’Ile des Pins

Je sens que le dimanche va devenir mon nouveau « jour préféré » (après le #happylelundi 😀 ) !

Je ne sais pas vous, mais personnellement j’adore vous retrouver en fin de semaine pour une paranthèse « voyage » à la découverte de mon pays, la Nouvelle-Calédonie. Cela me fait un bien fou de me re-plonger dans ces moments passés à l’autre bout du monde, en famille, et loin de tout !

Aujourd’hui, je vous présente l’Ile des Pins, un petit paradis qui -je suis sûre- ne vous laissera pas indifférent(e)s ! 😉

Située dans le sud de l’archipel de la Nouvelle-Calédonie, l’Ile des Pins est un véritable joyau naturel, au point qu’on l’a surnomme « l’île la plus proche du paradis » ! 🙂 Kunie, comme l’appellent les Mélanésiens, est bordée de baies paradisiaques et de lagons turquoise. Néanmoins, elle est également connue pour ses grottes préhistoriques et ses peintures rupestres. Promenade en pirogue, baignade, plongée sous-marine, randonnée…, vous allez en prendre plein les mirettes.

N’hésitez pas à relire les articles ci-dessous :
Nouvelle-Calédonie : Poe Beach
Nouméa : les pieds dans l’eau…
Îlots du bout du monde

Pour rejoindre les différentes îles (Ile des Pins, Maré et Lifou et Ouvéa) qui entourent la Grande Terre, plusieurs possibilités s’offrent à vous en fonction de votre budget. Nous avons choisi le Betico 2, un grand catamaran qui effectue jusqu’à 3 rotations par semaine pour se rendre à l’île des Pins. Assez rapide (2h30), il reste le moyen le plus économique pour rejoindre les Iles Loyautés. Par ailleurs, il propose une formule « Ile des Pins Day Trip » (départ à 7h et retour à 19h30) ! 😀

A FAIRE / A VOIR 

Se Baigner « presque seul(e) au monde » dans la Baie de Kuto. Il s’agit de la première baie que vous découvrez en arrivant sur l’île des Pins par le Betico 2. La Baie de Kuto offre un véritable paysage de carte postale ! N’hésitez pas à y rester jusqu’à la fin de la journée, le coucher de soleil est vraiment sublime !

Pique-Niquer sur la Baie de Kanumera. Impossible de louper l’imposant « Rocher Tabou » qui coupe en deux la crique ! Le Rocher tabou, fait de corail gris, est relié à la plage par un banc de sable blanc. Pour la rejoindre depuis la baie de Kuto, vous pouvez suivre la route ou passer par un sentier à côté de l’hôtel Kou-Bugny. Vous traversez alors une petite forêt sèche aux arbres majestueux. 😉

Faire le plein de fruits, légumes et poissons locaux à la Halle du Marché de Vao. Il se tient tous les mercredis et samedis de 6h à 11h (Arrivez tôt !).

Gravir le Pic N’Ga (à 262m d’altitude) et prendre de la hauteur pour admirer le lagon et les îlots qui entourent l’île. Depuis la baie de Kuto, prenez la route qui mène à Vao. Puis, à la première intersection, tournez à gauche vers le Nord… Un peu plus loin après la station essence, un panneau vous indique le départ du sentier pour le Pic N’Ga.

N’étant de passage que pour une seule journée -cette fois-ci-, nous n’avons pas pu tout faire / voir. Mais je vous conseille vraiment d’aller nager dans la Piscine Naturelle (Un endroit magique et unique au monde : un bassin d’eau turquoise limpide à l’abri de l’océan), de faire un tour de Pirogue « traditionnelle » au départ de la Baie de Saint-Joseph (Vous pourrez peut-être nager avec les tortues !), de visiter la Grotte de la Reine, etc.
Quant aux logements, il y en a pour tous les goûts et budgets (séjour en tribu, gîte, hôtel 3 étoiles, Le Méridien, etc.). En revanche, sachez que visiter la Nouvelle Calédonie sans séjourner chez l’habitant reviendrait à passer à côté d’une expérience incontournable. Ce sont les calédoniens qui font la Calédonie ! 😉

J’espère vous avoir fait voyager un peu, souffler et rêver beaucoup avec cet article…

Belle soirée, Christelle ♥

Photos : Mehdi Têtard & Moi ♥

Je porte :
Photo 8 : Maillot de bain (haut et bas) Rip Curl + Capeline Billabong
Photo 14 : Kimono Billabong
Photo 18 : Robe Imprimée Volantée Mango

Vous aimerez aussi :
Nouvelle-Calédonie : Poe Beach
Nouméa : les pieds dans l’eau…
Îlots du bout du monde

Castella ou le gâteau « éponge »

En janvier, j’annonçais sur les réseaux sociaux que j’avais adopté un « nouveau » régime alimentaire, plus adapté à mes besoins et à ma « philosophie de vie ». Je devais publier un billet pour vous expliquer un peu ma pensée…, mais le temps est passé -si vite- ! 🙁

Pour tout vous dire, si je ne l’ai pas encore fait, c’est que cet article me fait faisait peur; Peur de ne pas arriver à traduire correctement mes idées, peur de votre jugement, peur de devoir me justifier, etc. Et puis, je me dis que j’ai le droit de parler de mes choix sans avoir à m’excuser. Le Canard Ivre c’est un peu de sport, de la diversité, du fun, et beaucoup de t-o-l-é-r-a-n-c-e. Je respecte chacun(e) d’entre vous, et je sais aussi que vous me respectez en retour. C’est tellement cool de se faire confiance et de s’aimer malgré nos différences ! Oup’s ! C’était l’instant LOVE. 😀

Ce nouveau régime m’a permis notamment, de me réconcilier avec les oeufs. Il y a peu de temps encore, je ne pouvais pas en avaler un seul. Mehdi (mon copain) a tout essayé : les oeufs mollets, au plat, brouillés, avec des légumes, en rajoutant des épices… 🙂 Et puis, j’ai eu LE déclic; J’ai trouvé une marque d’oeufs qui me correspond. Le jaune est presque orange, la blanc tient bien, ils sont tout simplement délicieux. 🙂

Pourquoi est-ce que je vous parle d’oeuf ? Et bien, parce qu’ils sont un peu la base de cette recette. Je sais que je vous ai habitué(e)s à des recettes vegan-friendly ces derniers temps, mais j’ai envie de changer un peu, et de partager les recettes que j’aime tout simplement.

Aujourd’hui donc, je vous présente le Castella, que j’appelle affectueusement le « gâteau éponge ». Un bon Castella, c’est un gâteau éponge moite, très léger et moelleux, fait avec du sirop de malt épais. Les surfaces supérieure et inférieure du gâteau sont de couleur brune et ont un arôme sucré. Originaire du Portugal et célèbre au Japon, il est léger et plutôt sain (sans matière grasse et avec très peu de sucre) pour un gâteau. Personnellement, j’adore le déguster au goûter avec des fruits, un peu de confiture, ou toasté (lorsqu’il est un peu sec).

Pour cette recette, j’ai enlevé le sirop de malt, un peu de sucre, et j’ai rajouté des framboises pour le côté « gourmand ». 🙂 Visuellement, il est assez imposant, mais vous verrez qu’en bouche il devient très léger, subtil, aérien

Qui a envie d’essayer ? 

N’oubliez pas de partager vos « moments » #ACTIVRE sur les réseaux sociaux ! Le hashtag #ACTIVRE ce n’est pas que du sport ! C’est l’art de vivre en pleine conscience de ce qui nous fait du bien. Cela peut-être le sport, la nourriture, un loisir, etc. 😉

A très vite, Christelle ♥

Vous aimerez aussi :
Mousse Chocolat.
Muffins au Tofu Soyeux – prune, lavande & miel

Little India

Vendredi matin, je me suis levée à 6h -comme à peu près tous les jours en ce moment (depuis mon retour de Nouvelle-Calédonie)- pour répondre à mes mails. Depuis mon retour de vacances, j’ai l’impression de tout faire en urgence. Je suis systématiquement en retard à mes rendez-vous, je dois courir pour arriver à l’heure au CrossFit, je ne parviens plus à me dégager du temps pour chiller devant une série à midi, etc. Et cela me rend incroyablement heureuse ! Je vous rassure, je me sens « coupable » à chaque fois que je fais attendre un(e) ami(e) ou un rendez-vous…, mais je sens que je suis -enfin- en train de lâcher prise !

Pendant longtemps (et un peu encore aujourd’hui 😀 ), j’ai été obsédée par le temps, par la perfection, et par l’envie de bien faire. Je m’infligeais une pression folle pour que tout soit parfait, pour que les autres soient heureux, pour faire le bien. Même si je suis toujours très à l’écoute des autres, je pense qu’il est grand temps d’accepter que l’on ne peut pas plaire à tout le monde, que la vie est parfaitement imparfaite, et qu’on ne peut pas tout contrôler. Depuis que je pense de cette façon, je me sens libérée, comme une adolescente à qui le Monde ouvre ses bras…

Tout ça pour vous dire qu’il est important d’être indulgent(e) avec soi-même. Soyez bon(ne) avec vous et votre corps. Prenez le temps de saluer vos efforts, de vous récompenser, mais aussi d’accepter vos défaites et/ou petits échecs. Vous verrez que la vie est plus belle lorsqu’on « la prend à la légère » ! 

Vendredi donc, j’ai enfilé cette robe Mango achetée en soldes, et je suis allée pendre le petit-déjeuner avec une copine. Après un dernier rendez-vous pro, j’ai rejoint mon amoureux pour un déjeuner de Saint-Valentin tardif (En retard donc, encore une fois !)… Nous avons choisi un petit restaurant indien pour fêter nos sept ans d’amour, et il a pris ces photos de moi dans une petite ruelle voisine. 🙂

Lorsque j’ai cherché un titre pour ce post -je dois l’avouer, un peu décousu-, j’ai remarqué que je portais une robe « motif Paisley » (= motif indien) ! Et je dois avouer aussi, que l’Inde est une destination qui me fait rêver depuis très longtemps (mon père est d’origine indienne) ! Par ailleurs, l’Inde est le pays le plus parfaitement imparfait… Affaire à suivre donc ! 😉

Comment trouvez-vous cette robe « Little India » ?

Je vous souhaite une belle journée #ACTIVRE. 🙂

A très vite, Christelle ♥

Photos : Mehdi Têtard

Robe en Imprimé Paisley – Mango (Soldée !!)
Blouson Matelassé Col Bomber – Pull & Bear (celui-ci dans le même style) 
Collants – Falke
Baskets PLATFORM CORE – Puma
Sac de Sport Training – Adidas

♥ Devenez Fan de ma Page Facebook ♥

Vous aimerez aussi :
Rose Moutarde
Baskets et Bicyclette

FR Womens 300x250 sales

Powered by Wordpress.